Gestion de projet: 12 méthodologies pour un maximum d’efficacité

Image du contributeur – Équipe AsanaTeam Asana15 juin 202210 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
Gestion de projet : les 12 méthodologies les plus répandues - Image bannière de l’article
Essayer Asana

La gestion de projet est un domaine en constante évolution et un certain nombre d’approches sont à envisager pour assurer sa réussite. Découvrez les méthodologies de gestion de projet les plus courantes et devenez un expert du secteur.

Une méthodologie de gestion de projet est un système qui regroupe des principes, techniques et procédures utilisés par les individus qui travaillent dans une même discipline. Les principales méthodologies diffèrent non seulement par leur structure (selon les caractéristiques des organisations qui les appliquent), mais aussi par la nature des livrables, processus, outils (diagramme de Gantt, PERT) et même par le logiciel de gestion de projet adopté.

Découvrez ces 12 méthodologies, trouvez celle qui répond le mieux aux besoins de votre équipe et devenez un chef de projet talentueux.

1. Agile

Concept : la méthodologie Agile est l’un des processus de management de projet les plus courants. Et pour être tout à fait exact, il s’agit d’un principe même de la gestion de projet. 

Une approche Agile :

  • Encourage la collaboration

  • S’avère rapide à mettre en œuvre et efficace

  • Suit un processus itératif et fondé sur les données

  • Valorise les individus plutôt que les processus

Dans le cadre d’une approche Agile, il n’est pas rare que les équipes décident d’associer la méthode Agile à d’autres méthodologies de gestion de projet (Scrum, Kanban, Extreme programming, Crystal ou Scrumban). Associer la méthodologie Agile à une approche plus spécifique permet de gérer ses projets de façon équilibrée et de mettre en place un cahier des charges et un plan d’action concret pour fournir un travail de qualité.

Candidats idéaux : la méthode Agile convient à toutes les équipes ou presque. En effet, le principe qui le sous-tend est plutôt universel. Tout le problème est de décider à quelles méthodologies l’associer.

Gérer vos équipes Agile avec Asana

2. Waterfall (en cascade)

Concept : le modèle en cascade ou « Waterfall » est également très populaire. Mais contrairement à l’approche Agile, Waterfall constitue bel et bien une méthodologie, plutôt simple à mettre en œuvre. Cette méthodologie Waterfall, également connue sous le nom de cycle de vie du développement logiciel (« Software development life cycle » ou SDLC), est un processus linéaire dans lequel les activités s’enchaînent en ordre séquentiel (d’où l’image de la chute d’eau). 

Méthodologie de gestion de projet Waterfall

Dans cette approche, les tâches sont reliées les unes aux autres par une dépendance. Chaque tâche doit être terminée avant de pouvoir en commencer une autre. Vous vous assurez ainsi que le travail reste en bonne voie et encouragez une communication claire tout au long du processus.

Bien que considérée comme une approche plus traditionnelle par certaines organisations modernes, cette méthode permet de créer un plan de projet transparent et planifié au millimètre.

Candidats idéaux : en raison de son caractère très détaillé, la méthodologie de gestion de projet Waterfall est idéale pour travailler sur des projets de grande envergure qui comportent de nombreuses parties prenantes. En effet, vos projets sont décomposés en étapes claires et les dépendances vous permettent de suivre les tâches clés qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.

3. Scrum

Concept : la méthode de gestion de projet Scrum repose sur des « sprints » courts, que l’on utilise pour former un cycle de projet. Ces derniers s’étendent sur une à deux semaines et sont gérés par des équipes de 10 personnes maximum. Les tâches individuelles ne sont donc pas dépendantes les unes des autres, comme dans le modèle en cascade.

L’approche Scrum est unique pour de nombreuses raisons, notamment car elle suppose l’intervention d’un Scrum Master : en d’autres termes, un chef de projet qui dirige les réunions quotidiennes, les démonstrations et les sprints, mais également les rétrospectives de sprints, une fois ces derniers terminés. Ces réunions visent à communiquer avec les parties prenantes du projet et à s’assurer que les tâches sont terminées à temps.

Si Scrum est bel et bien une méthodologie de projet à part entière, elle est le plus souvent associée à une approche Agile. Ces deux modèles présentent des principes similaires, notamment la collaboration et la valorisation des individus par rapport aux processus.

Candidats idéaux : les équipes qui optent pour une approche Agile devraient également miser sur la méthodologie Scrum (ou au moins la tester). En outre, les différents sprints sont gérés par de petites équipes, cette approche peut donc convenir aux équipes de toute taille.

[À lire] Waterfall, Agile, Kanban et Scrum : quelles différences ?

4. Management de projet: la méthode Kanban

Concept : la méthodologie de projet Kanban est une représentation des backlogs de projet à l’aide d’éléments visuels, plus spécialement des tableaux. Cette approche est utilisée par les équipes Agile pour mieux visualiser les processus et l’état d’avancement des projets tout en diminuant la probabilité de se heurter à des obstacles. Le plus souvent, vous appliquerez la méthode Kanban par le biais d’une application logicielle, laquelle vous permettra de modifier et faire glisser des tableaux au sein des projets en toute transparence. Mais ce n’est pas la seule option possible.

Étant donné que cette méthode ne repose pas sur un processus clairement défini, contrairement à d’autres, de nombreuses équipes l’utilisent différemment. Le concept principal à retenir, c’est que la méthodologie Kanban aide les équipes à se concentrer sur ses tâches les plus importantes, en s’appuyant sur une structure simple.

Candidats idéaux : les tableaux Kanban constituent des outils gestion de projet parfaits pour les équipes de toutes tailles, et plus particulièrement pour celles qui travaillent à distance. En effet, les tableaux Kanban offrent aux membres de votre équipe le moyen de visualiser le travail en cours pour garder le cap sur leurs projets, même répartis aux quatre coins du monde.

Créer des tableaux Kanban avec Asana

5. Scrumban

Concept : vous l’aurez sans doute deviné, Scrumban est une méthodologie qui s’inspire des approches de gestion de projet Scrum et Kanban. Certains la considèrent comme un modèle hybride qui reprend les avantages de chacune d’entre elles.

Méthodologie de gestion de projet Scrumban

Scrumban s’appuie sur un cycle de sprints comparable à celui de la méthode Scrum, tout en vous permettant d’ajouter des tâches individuelles à votre planning, comme dans la méthodologie Kanban. Vous pouvez ainsi accomplir les activités essentielles et concevoir des plans de projet simples. Scrumban prévoit également l’organisation de réunions Scrum pour renforcer la collaboration et garder le cap sur les objectifs.

Candidats idéaux : si l’idée de décomposer un projet en tâches plus petites vous plaît, mais que vous souhaitez conserver un visuel simple, le modèle Scrumban est sans aucun doute fait pour vous. Il vous offre un juste équilibre entre simplicité et clarté.

[À lire] Kanban ou Scrum : quelles différences ?

6. PRINCE2

Concept : PRINCE2 est l’abréviation de « PRojects IN Controlled Environments » (projets en environnements contrôlés). Cette approche permet de définir les étapes d’un projet en s’inspirant majoritairement de la méthodologie Waterfall. PRINCE2 a été conçue par le gouvernement britannique afin de gérer ses projets informatiques. Aujourd’hui encore, cette approche convient davantage aux initiatives informatiques de grande ampleur qu’aux projets traditionnels axés sur les produits ou le marché.

Avec la méthodologie PRINCE2, la gestion de projet se divise en sept étapes :

  1. Élaborer le projet

  2. Diriger le projet

  3. Initialiser le projet

  4. Contrôler le projet

  5. Gérer la livraison du produit

  6. Gérer une limite de séquence

  7. Clore le projet

Ces sept étapes constituent un processus complet et permettent de mettre sur pied une méthodologie particulièrement efficace pour gérer des projets d’entreprise, avec des rôles clairement définis et une gestion de projet sous contrôle. En outre, PRINCE2 permet de rationaliser bon nombre de tâches individuelles : contrôler une séquence, gérer la livraison d’un produit, lancer ou clôturer un projet, etc.

Candidats idéaux : en raison de sa nature particulière, l’approche PRINCE2 convient davantage aux grands projets d’entreprise qui impliquent un certain nombre de parties prenantes. Dans le cadre de petits projets, y recourir risque d’allonger et de complexifier inutilement votre processus de gestion. 

Suivre vos projets PRINCE2 sur Asana

7. Management de projet: Six Sigma

Concept : contrairement aux autres méthodologies de gestion de projet, Six Sigma est employée dans le cadre de la gestion de la qualité. Il est fréquent de s’y référer comme à une philosophie plutôt qu’à une méthodologie traditionnelle. Bien souvent, elle est combinée avec une méthodologie Lean ou une approche Agile, et il est donc courant de parler de Six Sigma Lean ou Six Sigma Agile.

L’objectif principal de la méthode Six Sigma est d’améliorer les processus en continu et d’éliminer les irrégularités de projet. Pour ce faire, des experts dans le domaine apportent constamment des améliorations afin de définir, soutenir et contrôler les processus.

Pour passer à la vitesse supérieure, n’hésitez pas à employer la méthode Six Sigma DMAIC qui s’apparente à un processus, décomposé en plusieurs phases :

  • Définir : déterminez la portée du projet, rédigez un business case et organisez une réunion debout de lancement.

  • Mesurer : recueillez des données qui vous aideront à déterminer les améliorations nécessaires.

  • Analyser : identifiez les causes profondes des problèmes rencontrés.

  • Améliorer : tâchez de résoudre les problèmes soulevés.

  • Contrôler : travaillez à la pérennisation des solutions trouvées, pour vos projets à venir.

Candidats idéaux : la méthode Six Sigma convient davantage aux grandes organisations, principalement celles qui comptent quelques centaines d’employés, voire plus. Dans des structures à grande échelle, limiter les irrégularités de projet s’avère indispensable, afin d’éviter toute répercussion négative pour l’entreprise.

8. Méthode du chemin critique (Critical Path Method ou CPM)

Concept : cette méthode permet d’identifier et de planifier les tâches critiques d’un projet. Ceci inclut la création de dépendances de tâches, le suivi des objectifs et de l’état d’avancement du projet, la hiérarchisation des livrables et la gestion des échéances. Autant d’éléments que l’on retrouve dans le principe de l’organigramme des tâches.

L’objectif de cette méthodologie ? Gérer correctement des projets à grande échelle et les accomplir avec brio, en veillant à ce que jalons et livrables soient correctement cartographiés.

Candidats idéaux : la méthode du chemin critique est idéale pour les projets et équipes de taille réduite à moyenne. En effet, les projets de grande envergure impliquent le rendu de nombreux livrables et intègrent de multiples parties prenantes. Or, cette méthode n’est pas adaptée à la gestion des projets complexes.

9. Méthode de la chaîne critique (Critical chain project management ou CCPM)

Concept : dans le cadre de la gestion de projet, la méthode de la chaîne critique est étroitement liée à celle du chemin critique. Toute la différence réside dans le niveau de détails, beaucoup plus important dans l’approche de la chaîne critique, une méthode qui compte donc parmi les plus exhaustives.

Méthode de la chaîne critique

Outre la mise en place d’une structure de travail organisée (comme c’est le cas dans l’approche du chemin critique), la méthode de la chaîne critique instaure une limite de temps spécifique pour chaque tâche. Cela permet d’optimiser le suivi des tâches et d’indiquer clairement quand celles-ci dépassent le budget temps alloué (donc quand elles sont en retard). Cette méthode s’appuie également sur le rééquilibrage des ressources, lequel permet de répartir le travail à faire en fonction des disponibilités afin d’éviter les charges de travail trop lourdes.

Cette approche améliore la productivité et l’efficacité des équipes, et fait le lien entre les tâches à accomplir et les objectifs du projet. Bon nombre d’outils de gestion de projet incluent même des éléments visuels qui facilitent la visualisation des objectifs, ce qui permet aux membres d’équipe de bénéficier d’une feuille de route structurée.

Candidats idéaux : la méthode de la chaîne critique convient aux équipes de toutes tailles, mais permet avant tout de résoudre les problèmes d’efficacité à l’échelle des projets. C’est aussi une excellente méthode pour communiquer avec la direction à propos du travail en cours.

10. Gestion de projet: Lean

Concept : la méthodologie de gestion de projet Lean est un système destiné à éviter tout gaspillage et créer un cadre de travail simple pour tous les besoins de projet. L’objectif est d’accomplir davantage avec moins d’efforts pour optimiser travail d’équipe et productivité.

Si réduire les pertes de temps présentait autrefois un avantage dans le cadre de la création d’un bien matériel (rappelez-vous la méthode employée par Henry Ford, plus tard reprise par Toyota et Motorola), cette idée vise aujourd’hui à éliminer les irrégularités de projet ou le « gaspillage ». Il existe 3 « maux » ou « ennemis » de la gestion Lean, regroupés fréquemment sous l’appellation « 3M » :

  • Muda (gaspillage) : pratiques qui mobilisent des ressources mais n’apportent aucune valeur ajoutée.

  • Mura (irrégularités) : certaines situations accaparent les ressources et les obligent à travailler dans l’urgence, ce qui entraîne donc des déséquilibres.

  • Muri (surmenage) : lorsque les ressources sont trop sollicitées. 

En tant que chef de projet, votre mission consiste à tenir à distance ces 3 fléaux afin de gagner en efficacité dans l’exécution des projets et de simplifier les processus. La méthodologie Lean est similaire au processus unifié rationnel, également appelé méthode RUP (Rational Unified Process), qui vise également à réduire gaspillage et irrégularités. Cela étant, la méthode RUP vise plutôt à limiter les coûts de développement.

Candidats idéaux : l’approche Lean vise à optimiser la gestion et l’exécution des projets, et s’avère donc particulièrement adaptée aux équipes qui rencontrent des problèmes d’efficacité. Si cette approche a des effets plus visibles lorsqu’elle est employée dans de grandes entreprises, elle sera tout aussi utile aux équipes projet de toutes tailles.

11. Guide PMBOK® du Project Management Institute (PMI) sur la gestion de projet

Concept : si le Project Management Body of Knowledge (PMBOK®) du PMI est considéré comme une méthodologie de gestion de projet, il s’agit plus exactement d’un ensemble de bonnes pratiques qui prennent en compte divers processus de développement.

Cette structure se concentre sur la mise en œuvre des cinq phases de la gestion de projet, lesquelles permettent de gérer aisément un projet de A à Z selon une approche structurée en 5 phases que voici :

  1. Démarrage du projet

  2. Planification du projet

  3. Mise en œuvre du projet

  4. Suivi de l’efficacité

  5. Clôture du projet

Le guide PMBOK® est un bon point de départ sur lequel s’appuyer, mais ce modèle n’est pas toujours aussi précis que d’autres approches similaires. En effet, vous devrez décider des tâches à accomplir lors de chacune des phases.

Candidats idéaux : le Guide PMBOK® peut être utilisé seul (sans faire appel à d’autres méthodes en parallèle) par les petites équipes pour gérer des projets standard. Nous vous conseillons néanmoins de l’associer à une méthodologie plus concrète (comme le chemin critique), notamment pour les grandes équipes qui gèrent des projets complexes.

12. L’eXtreme Programming (XP)

Concept : comme son nom l’indique, l’eXtreme Programming est utilisé en management de projet pour gérer des projets au rythme soutenu et avec des délais serrés. Cette approche repose sur des cycles de développement (itérations) courts avec de nombreuses versions. Cela permet aux équipes de travailler rapidement et de gagner en productivité.

Méthodologie de gestion de projet eXtreme Programming (XP)

L’eXtreme Programming repose sur plusieurs valeurs fondamentales, notamment la simplicité, la communication, le retour d’information, le respect et le courage. Cette méthode comprend également un ensemble spécifique de règles XP, lesquelles couvrent toutes les phases, de la planification aux tests.

Candidats idéaux : il est possible de recourir à l’eXtreme Programming dans le cadre de projets individuels gérés par des équipes de taille réduite à moyenne qui exercent dans des délais serrés. Étant donné son rythme soutenu, mieux vaut utiliser cette méthode avec précaution afin d’éviter les situations de burnout.

Choisir la bonne méthodologie de gestion de projet pour votre équipe

S’agissant de la gestion de projet, il n’existe pas d’approche universelle. Chaque méthodologie repose sur des principes uniques qui vous aident à mener à bien vos projets, de la planification à l’exécution finale, en passant par la gestion des ressources humaines.

La taille de votre équipe et la façon dont elle souhaite travailler constituent deux aspects clés à ne pas négliger. Voici quelques points supplémentaires dont il faut tenir compte :

  • Votre secteur d’activité : demandez-vous si vous travaillez dans un secteur qui évolue fréquemment (les entreprises technologiques appartiennent à un secteur en constante évolution, par exemple). Votre secteur d’activité influe sur la cohérence du projet et vous devez pouvoir déterminer s’il est préférable d’opter pour une méthodologie flexible ou constante.

  • L’orientation de votre projet : songez aux objectifs de votre projet. Accordez-vous davantage d’importance aux individus qu’à la productivité ? Vous pourrez ainsi déterminer la méthodologie qui correspond le mieux à vos objectifs.

  • La complexité des projets : en général, vos projets sont-ils plutôt complexes ou simples ? Les méthodes ne sont pas toutes aussi efficaces s’agissant de l’organisation de tâches complexes (c’est le cas de la CCPM).

  • Le niveau de spécialisation des rôles : vos collègues exercent-ils des fonctions spécifiques ou possèdent-ils un savoir-faire particulier ? Est-il envisageable de faire travailler plusieurs membres de l’équipe en alternance sur le même type de tâche ou avez-vous besoin d’une méthodologie qui prend en compte le niveau de spécialisation de chacun ?

  • La taille de votre organisation : la taille de votre structure et celle de votre équipe doivent être prises en compte au moment de choisir une méthodologie. Certaines conviennent aux équipes de toutes tailles (comme Kanban), tandis que d’autres sont davantage adaptées aux petites équipes (chemin critique).

Que les membres de votre équipe préfèrent opter pour un processus visuel comme Kanban ou une approche de gestion de projet plus traditionnelle comme la méthode Waterfall, toute équipe pourra trouver la solution qui lui convient le mieux. Pour passer à la vitesse supérieure, envisagez d’adopter un outil de gestion du travail afin de mieux suivre et exécuter vos projets de développement.

Choisir la bonne méthodologie de gestion de projet pour votre équipe

Des méthodes pour vous aider à gérer vos projets judicieusement

D’une manière générale, pensez que pour assurer le bon déroulement d’un projet, le management de projet inclut la gestion des ressources humaines, l’étude de faisabilité, la gestion des risques en plus du choix de la méthodologie. En choisissant la méthodologie de gestion de projet la mieux adaptée à votre équipe, vous serez en mesure de travailler de manière bien plus efficace, mais aussi de mettre en œuvre les bons processus, qui conviennent à votre équipe, à votre organisation et à vous-même.

Envie d’optimiser la gestion de vos projets ? Essayez notre logiciel de gestion de projet Asana.  

Essayer la gestion de projet sur Asana

Ressources associées

Article

Managing freelancers? Start here.