Le b.a.-ba de la gestion de projet Waterfall

Portrait du contributeur – Sarah LaoyanSarah Laoyan5 octobre 20216 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
Le b.a.-ba de la gestion de projet Waterfall - Image bannière de l’article
Essayer Asana

Résumé

La gestion de projet en cascade (ou Waterfall) est une méthodologie de gestion de projet séquentielle organisée en plusieurs phases, chacune ne pouvant commencer qu’une fois la précédente terminée. Cet article vous présente les phases concernées et explique en quoi cette méthode peut aider votre équipe à atteindre ses objectifs.

Les chefs de projet ont le choix entre de nombreux types de méthodologies de gestion de projet, parmi lesquels : la gestion de projet Agile, la gestion de projet Kanban, Scrum et bien d’autres processus itératifs.

Mais que faire si votre projet nécessite une approche plus linéaire ? La méthode Waterfall est une méthodologie de gestion de projet linéaire qui peut vous aider, vous et votre équipe, à atteindre vos objectifs communs, tâche par tâche et jalon par jalon.

En quoi consiste la gestion de projet Waterfall ?

La méthode Waterfall (ou en cascade) est une méthodologie de gestion de projet séquentielle qui divise les projets en plusieurs phases distinctes. Toute phase ne peut commencer qu’une fois la précédente terminée.

Cette approche de gestion de projet est issue des secteurs de l’industrie et du bâtiment, dans lesquels chaque étape doit être achevée pour que le processus de production puisse avancer. Par exemple, vous ne pouvez pas construire les murs d’une maison si les fondations n’ont pas été coulées.

Même si cette méthode a vu le jour dans le secteur industriel, elle s’est depuis adaptée pour répondre aux besoins de nombreux autres secteurs, dont ceux du développement de logiciels. Voici un exemple de projet en cascade :

Méthodologie de gestion de projet Waterfall

Ce modèle en cascade est souvent représenté sous la forme d’un organigramme ou d’un diagramme de Gantt. Il porte ce nom, car les tâches se succèdent en cascade. Dans un diagramme de Gantt, vous pouvez voir chaque phase « tomber » dans la phase suivante.

Les 6 phases de la méthodologie de gestion de projet en cascade

Toute équipe peut mettre en place une gestion de projet en cascade, mais cette méthodologie est surtout utile pour les processus qui doivent se dérouler successivement. Si le projet sur lequel vous travaillez comporte des tâches pouvant être accomplies simultanément, essayez une autre structure, comme la méthodologie Agile.

Si vous êtes prêt à vous lancer dans la gestion de projet en cascade, suivez ces six étapes :

1. La phase de définition des besoins

Il s’agit du processus de planification initial, au cours duquel l’équipe recueille le plus d’informations possible pour assurer la réussite du projet. Avec la méthode en cascade, chaque tâche dépend de l’étape précédente. Cela demande donc beaucoup de prévoyance et rend ce processus de planification indispensable. C’est la raison pour laquelle le calendrier global du projet est souvent en grande partie consacré à la planification.

Pour que cette méthode porte ses fruits, établissez un plan de projet détaillé qui explique chaque phase du projet et précise notamment les ressources nécessaires et les membres de l’équipe qui y travaillent. Ce document est communément appelé le document des exigences du projet.

À la fin de la phase de définition des besoins, vous devriez avoir un aperçu très clair du projet dans son ensemble, notamment :

  • Chaque étape du processus

  • Les personnes chargées de chaque étape

  • Les principales dépendances

  • Les ressources nécessaires

  • Une chronologie pour définir le temps nécessaire à chaque étape

[À lire] Créer un plan de projet vraiment efficace

2. La phase de conception du système

Dans le processus de développement d’un logiciel, la phase de conception est celle au cours de laquelle l’équipe du projet précise le matériel qu’elle utilisera, ainsi que d’autres informations détaillées telles que les langages de programmation et l’interface utilisateur.

La phase de conception du système se compose de deux étapes : la phase de conception de haut niveau et la phase de conception de bas niveau. Au cours de la première, l’équipe élabore le squelette du fonctionnement du logiciel et de l’accès aux informations. Au cours de la seconde, l’équipe développe les parties plus spécifiques du logiciel. Si la phase de conception de haut niveau représente le squelette, la phase de conception de bas niveau représente quant à elle les organes du projet.

Les développeurs qui utilisent la méthode en cascade doivent documenter chaque étape afin que l’équipe puisse se référer à ce qui a déjà été fait à mesure que le projet avance.

3. La phase de mise en œuvre

C’est l’étape au cours de laquelle tout est mis en application. S’appuyant sur le document des exigences de l’étape 1 et le processus de conception du système de l’étape 2, l’équipe suit l’ensemble du processus de développement pour concevoir le logiciel, conformément à ce qui a été défini précédemment.

[À lire] Plan d’implémentation : présentation et mode d’emploi

4. La phase de test

C’est l’étape au cours de laquelle l’équipe de développement transmet le projet à l’équipe de test d’assurance qualité. Les testeurs recherchent les éventuels bugs ou erreurs à corriger avant le déploiement du projet.

Les testeurs doivent documenter clairement tous les problèmes qu’ils rencontrent au cours de ce test. Si un autre développeur rencontre un bug similaire, il pourra alors se référer à la documentation existante pour résoudre le problème.

5. La phase de déploiement

Pour les projets de développement, il s’agit de l’étape au cours de laquelle le logiciel est déployé auprès de l’utilisateur final. Pour les autres secteurs, cela correspond au lancement et à la livraison des livrables définitifs auprès des clients finaux.

6. La phase de maintenance

Une fois le projet déployé, il est possible qu’un nouveau bug soit découvert ou qu’une mise à jour logicielle soit nécessaire. C’est ce qu’on appelle la phase de maintenance. Dans le secteur du développement de logiciels, il est souvent indispensable de travailler en continu sur cette phase.

Cas d’utilisation de la méthode Waterfall

La méthode en cascade est couramment utilisée en gestion de projet, car elle permet une planification complète et une documentation détaillée. Cependant, ce cadre ne convient pas à tous les projets. Voici quelques exemples d’utilisation de ce type de gestion de projet.

Projet avec un objectif final bien défini

L’un des atouts de l’approche en cascade est qu’elle permet d’aller clairement d’un point A à un point B. Si votre point B n’est pas clairement défini, il conviendra probablement mieux d’utiliser une forme itérative de gestion de projet, comme l’approche Agile.

Les projets dont l’objectif peut être facilement défini sont bien adaptés à la méthode Waterfall. Les chefs de projet peuvent ainsi partir de cet objectif pour élaborer une procédure claire et détaillée avec toutes les exigences nécessaires.

[À lire] Définir des objectifs de projet efficaces, exemples inclus

Aucune contrainte de budget ou de temps

Si votre projet n’est soumis à aucune contrainte de budget ou de temps, les membres de l’équipe peuvent passer autant de temps que nécessaire sur les phases de définition des besoins et de conception du système. Ils peuvent également ajuster et adapter les besoins du projet autant qu’ils le souhaitent, jusqu’à aboutir à un plan de projet bien réfléchi et défini.

Création de processus reproductibles

Le modèle en cascade nécessite une documentation à presque toutes les étapes du processus. Grâce à ce niveau de précision, il est facile de reproduire le projet pour un nouveau membre de l’équipe.

La création de processus reproductibles facilite également la formation des nouveaux membres de l’équipe sur les tâches à accomplir dans des projets similaires. Le modèle en cascade constitue donc une approche efficace de la gestion de projet dans le cadre de la standardisation des processus.

[À lire] 5 phases de gestion de projet pour un meilleur processus d’équipe

Les avantages de la gestion de projet Waterfall

Une documentation solide pour revenir facilement sur certains points

Lorsque vous mettez en œuvre le processus de gestion de projet en cascade, vous documentez chaque étape. L’avantage ? Si votre équipe a besoin de revenir sur vos processus, vous pouvez facilement trouver les erreurs. La création de processus reproductibles pour les nouveaux membres de l’équipe en est également facilitée, comme mentionné précédemment.

Un suivi de la progression simplifié

Puisque vous présentez votre projet en cascade dans un diagramme de Gantt, vous pourrez facilement suivre sa progression. La chronologie fera alors office de barre de progression, vous permettant de savoir clairement à quelle étape se trouve votre projet.

[Vue Chronologie] Projet de lancement d’une application mobile sur Asana

Les membres de l’équipe peuvent gérer leur temps efficacement

Comme la méthode en cascade exige un certain niveau de planification pendant les phases de définition des besoins et de conception, les parties prenantes peuvent facilement estimer le temps nécessaire à la réalisation de leurs propres tâches.

[À lire] 18 astuces pour bien gérer son temps et autres conseils pour travailler efficacement

Les inconvénients de la gestion de projet Waterfall

Les obstacles peuvent grandement affecter le calendrier du projet

La méthode en cascade est linéaire par nature : en cas d’obstacle ou de retard, c’est l’ensemble du calendrier qui se retrouve décalé. Par exemple, si un fournisseur tiers tarde à envoyer une pièce à l’équipe responsable de la fabrication, l’ensemble du processus doit être mis en pause jusqu’à sa réception.

Une progression linéaire peut empêcher de revenir en arrière

L’un des principaux défis de la méthode en cascade est qu’il est difficile de revenir à une phase une fois celle-ci terminée. Par exemple, si un ouvrier est déjà en train de peindre les murs d’une maison, impossible de revenir en arrière pour agrandir l’une des pièces.

L’assurance qualité intervient tard dans le processus

Par rapport à certaines méthodes de gestion de projet plus itératives, comme les méthodes Kanban et Agile, l’étape de révision intervient plus tard dans le processus. Si une erreur est commise au départ, il peut être difficile de revenir en arrière pour la corriger. Le fonctionnement du processus en cascade ne permet ni l’itération, ni la recherche d’une meilleure solution.

[À lire] Waterfall, Agile, Kanban et Scrum : quelles différences ?

Gérez votre projet en cascade

Avec les projets en cascade, il y a beaucoup d’éléments et de membres d’équipe différents à suivre. L’une des meilleures façons de rester sur la même longueur d’onde est d’utiliser un logiciel de gestion du travail afin de centraliser les processus, les calendriers et les livrables.

Si vous êtes prêt à vous lancer dans la gestion de projet en cascade avec votre équipe, essayez Asana. Cet outil vous propose plusieurs modes de vue, parmi lesquels la Chronologie, idéale pour présenter votre projet sous forme de calendrier linéaire.

Tester la gestion de projet sur Asana

Ressources associées

Article

-