En entreprise, chacun son style de travail : voici les plus courants

Image du contributeur – Équipe AsanaTeam Asana
20 janvier 2024
14 min de lecture
facebookx-twitterlinkedin
En entreprise, chacun son style de travail : voici les plus courants - Image bannière de l’article
Modèles

Résumé

Les styles de travail font référence aux différentes façons dont chacun de nous mène à bien ses activités professionnelles. Identifier les méthodes employées par les membres de votre équipe vous donne davantage de pistes pour les motiver et assurer leur réussite. Dans cet article, nous abordons les styles de travail les plus courants et vous expliquons comment les différents membres d’équipe, avec chacun leur propre façon de travailler, peuvent se compléter.

La collaboration au travail n’est pas toujours une sinécure. Pour autant, le fait de réunir des collaborateurs avec des personnalités différentes peut aussi devenir un vrai atout. Les équipes les plus collaboratives gagnent en productivité, en créativité et multiplient les opportunités de développement.

En tant que leader, vous devez impérativement prendre le temps de réfléchir à votre propre style de travail, mais aussi donner les moyens aux membres de votre équipe de comprendre leur manière de fonctionner. Autrement, vos collègues ne parviendront pas à collaborer efficacement et n’auront pas envie de se dépasser. Ce guide vous explique comment procéder.

Qu’entend-on par styles de travail ?

Cela désigne l’incidence de votre personnalité sur votre travail. Il peut s’agir de ce que vous aimez faire, de vos méthodes de travail habituelles ou des activités dans lesquelles vous excellez. Identifier votre style de travail est essentiel pour faire progresser vos objectifs de carrière et travailler en synergie avec vos collègues.

définition des styles de travail

Malheureusement, se focaliser à outrance sur les différents types de personnalité et les singularités de chacun vous amène souvent à développer des croyances limitantes ou à porter des jugements restrictifs sur vous-même. Ceci peut apporter son lot de désagréments : baisse de l’estime de soi et du moral de l’équipe, syndrome de l’imposteur, création d’une atmosphère négative dans un espace de collaboration par ailleurs bon enfant, etc.

La prudence est donc de mise : ne laissez pas votre propre style de travail vous définir. Au contraire, ce dernier doit vous permettre de vous appuyer sur vos points forts, de combler vos lacunes et de comprendre comment travailler efficacement en équipe.

Améliorer la collaboration d’équipe avec Asana

Analyser et comprendre le comportement des membres de votre équipe : découvrez 6 styles de travail courants

Un style de travail donné ne permet pas toujours de définir avec exactitude les méthodes de chacun et leurs particularités. Cela étant, acquérir des connaissances fondamentales sur les six principaux styles de travail vous aidera à mieux vous comprendre et à cerner le fonctionnement des autres membres de l’équipe. À ce moment-là, et pas avant, vous pourrez fournir à chacun les éléments dont il a besoin pour accomplir ses tâches correctement. Nous allons vous les présenter sans attendre.

Les 6 styles de travail

Dans un premier temps, nous vous encourageons à analyser vos propres méthodes avant de tenter d’en savoir plus sur celles de vos collègues. Vous repérerez plus facilement vos éventuels préjugés autour du travail et pourrez les combattre, tout en épaulant les membres de votre équipe.

1. Travailleurs au caractère indépendant ou rationnel

  • Principales forces : détermination, capacité de travail importante, notamment pour produire un travail original et visionnaire

  • Points d’amélioration : problèmes de communication, difficulté à supporter les contraintes hiérarchiques, tendance à négliger la phase de planification

Les membres d’équipe à l’esprit indépendant ou logique/rationnel (également désignés comme des « acteurs » ou « exécutants ») ont besoin de leur petit cocon personnel pour travailler efficacement. Ils n’apprécient guère la microgestion ni d’être placés sous la supervision d’un tiers. Ils préfèrent résoudre seuls les éventuels problèmes qui surviennent.

En revanche, les travailleurs au caractère indépendant ou logique ont tendance à être doués en matière de cadrage des problèmes : ils sont capables d’identifier un obstacle et de l’analyser pour trouver une solution rationnelle et bien définie. Ce processus débouche souvent sur des idées originales et visionnaires qui apportent beaucoup de valeur ajoutée.

Toutefois, si vous êtes de ceux qui aiment voguer en solitaire, vous risquez d’avoir du mal à vous acclimater au travail collaboratif. Les instructions à respecter et le partage des idées pourront vous donner l’impression que votre attention n’est plus mobilisée aussi intensément qu’auparavant. Il peut s’ensuivre un manque de planification et de communication.

Exemple : vous êtes un entrepreneur ingénu. Vous décidez de suivre votre propre voie plutôt que celle des autres. Lorsque l’on vous présente un scénario parfait et tout tracé, ou que l’on vous impose des tâches ou sujets sur lesquels vous concentrer, vous vous sentez bloqué et avez souvent du mal à donner le meilleur de vous-même.

2. Travailleurs collaboratifs

  • Principales forces : bonne capacité à communiquer et à entretenir des relations interpersonnelles

  • Points d’amélioration : gagner en autonomie

À l’extrême opposé du style indépendant, nous trouvons les adeptes de la collaboration. Ces derniers apprécient le travail d’équipe en entreprise et sont particulièrement satisfaits de pouvoir donner et recevoir du feedback.

Ces individus préfèrent exprimer verbalement leurs idées et les développer avec les membres d’équipe plutôt que d’en prendre note. C’est la raison pour laquelle les travailleurs collaboratifs sont bien souvent d’excellents communicants.

Bien entendu, contrairement aux travailleurs qui apprécient l’indépendance, les adeptes de la collaboration ont souvent du mal à travailler en autonomie. En effet, ils ont besoin d’un environnement collaboratif pour faire émerger plus rapidement de nouvelles idées. En outre, le manque d’interactions avec l’équipe peut faire naître une certaine nervosité.

Exemple : les responsables du recrutement et les spécialistes de la gestion de projet font souvent partie des adeptes de la collaboration. Leur travail les amène à entretenir un grand nombre de relations interpersonnelles. En outre, ils apprécient d’obtenir l’avis de leurs pairs avant de concrétiser leurs idées.

3. Travailleurs polyvalents

  • Principales forces : adaptabilité et pondération

  • Points d’amélioration : tous les projets ne permettent pas de mener des efforts à la fois en équipe et de manière autonome

Adopter un style polyvalent permet d’instaurer un équilibre judicieux : l’autonomie y est essentielle, sans pour autant sacrifier la collaboration. Certains préféreront traiter une tâche de leur côté, puis solliciter l’avis de leur équipe et recevoir ensuite des commentaires pour améliorer leur travail.

Les adeptes de ce style récoltent les fruits d’un travail en autonomie sans se retrouver isolés du reste de leur équipe. Ils bénéficient également de la socialisation et de l’entraide propres au travail collaboratif, raison pour laquelle le style de travail polyvalent est l’un de ceux qui permet la plus grande adaptabilité.

Si les membres d’une équipe polyvalente peuvent tout faire ou presque, tous les environnements de travail ne permettent pas d’atteindre ce juste équilibre entre interactions de groupe et efforts personnels. Créer une feuille de calcul partagée n’équivaut pas vraiment à une phase de collaboration. De même, participer à une réunion d’équipe ne laisse pas forcément le temps de mener une réflexion individuelle et de travailler de son côté.

Exemple : le style de travail polyvalent permet une grande adaptabilité. Vous pouvez donc obtenir de bons résultats dans presque tous les secteurs de l’entreprise (management, finances, marketing, entre autres).

4. Travailleurs coopératifs

  • Principales forces : intelligence émotionnelle, conscience de soi, aptitudes à gérer des conflits et à encourager la collaboration

  • Points d’amélioration : facilité à céder à la distraction, difficultés potentielles à prendre des décisions complexes

Songez aux membres d’équipe les plus empathiques de votre organisation. Il est fort probable que leur style de travail soit axé autour de la coopération. Au sein d’une équipe, les collaborateurs de ce type s’efforcent de tisser des liens étroits avec autrui et d’améliorer le moral du reste de l’équipe. Ils constituent souvent d’excellents médiateurs et apaisent les esprits en cas de conflit.

Les membres d’une équipe coopérative ont un « super-pouvoir », à savoir une grande sensibilité émotionnelle. Si un collègue passe une mauvaise journée ou éprouve des difficultés à accomplir ses tâches, les employés coopératifs sont les premiers à le remarquer. Vous pouvez vous appuyer sur leur capacité de soutien pour identifier toute tension au sein de l’équipe et déceler d’éventuels problèmes implicites.

Toutefois, l’intelligence émotionnelle est parfois source de distraction. Si une décision importante doit être prise, mais que l’employé coopératif a l’impression que quelque chose cloche, il est possible que le travail stagne jusqu’à ce que les doutes du collaborateur concerné se soient dissipés.

De la même manière, les plus coopératifs et solidaires peuvent craindre la réaction d’un collègue dont l’état d’esprit se situe à l’opposé et se sentir mal à l’aise face à lui.

Exemple : les managers et les membres des équipes des opérations ou RH peuvent opter pour un style de travail coopératif, car leurs fonctions exigent de prêter attention aux besoins des équipes. Les individus qui assument des missions bénévoles (organisation d’événements ou programmes de mentorat) tombent également dans cette catégorie.

[À lire] Écouter pour comprendre : pratique de l’écoute active, exemples inclus

5. Travailleurs méticuleux

  • Principales forces : esprit stratégique et réfléchi, capacité à assurer ordre et stabilité, habitués à limiter les risques

  • Points d’amélioration : rythme de travail lent, trop grande attention aux détails, difficultés à développer une vue d’ensemble

Vous recherchez un collaborateur capable de mettre les points sur les « i » et d’assurer une totale transparence ? Le cas échéant, tournez-vous vers vos collègues les plus méticuleux. Ces individus, également réputés pour avoir l’esprit pratique, sont les premiers à scruter chaque cas de figure dans les moindres détails. Vous vous reconnaissez dans ce style de travail ? Si oui, vous faites partie de ceux qui font primer la stratégie, s’appuient sur les données et réfléchissent aux questions à première vue sans importance, mais qui pourraient bien devenir des problèmes d’envergure à plus long terme.

Faites confiance à vos collègues méticuleux pour limiter les risques au maximum (corriger toute erreur dans un document avant que ce dernier n’atterrisse sur le bureau du patron, par exemple). L’exactitude, notamment s’agissant du choix des termes et de la grammaire, leur importe beaucoup, à tel point qu’il ne reste que très peu de place à l’imperfection.

Dans certains cas, cette attention aux détails peut évidemment sembler écrasante. Aucun style de travail n’est parfait, mais les travailleurs méticuleux ne peuvent se résoudre à viser plus bas que la perfection et cherchent toujours à faire mieux. Cette méticulosité, poussée à l’extrême, peut vite mener au burnout et à une certaine fatigue intellectuelle. Cela peut également nuire à la progression d’un projet.

Exemple : les professions dans des secteurs comme la rédaction, la révision ou l’enseignement sont souvent appréciées par les travailleurs dotés d’un sens aigu du détail.

6. Travailleurs axés sur la recherche d’idées

  • Principales forces : optimisme, source d’inspiration pour autrui, efficacité dans la conduite du changement

  • Points d’amélioration : manque de structure, omission de certains détails, incapacité répétée à effectuer un suivi

Ce style de travail axé sur les idées est à l’opposé de celui des travailleurs méticuleux dont nous parlions précédemment. En effet, ces penseurs adoptent une vision globale qui permet la mise en place de changements à grande échelle. Rangez la loupe et sortez le télescope : les étoiles qui brillent dans le ciel sont autant d’idées en devenir…

Si les membres d’équipe orientés vers les idées incitent leurs collègues à sortir des sentiers battus, ce ne sont pas des champions en matière d’organisation des informations. Il s’agit d’un style dont la structure est floue voire absente, et bien souvent, la plus grande partie de la charge de travail repose sur des individus dont les aptitudes en matière de planification sont bien plus développées.

Exemple : les adeptes de la réflexion occupent généralement des fonctions à visée plus artistiques ou des postes clés au sein d’entreprises internationales, notamment dans le marketing, la conception graphique ou même au sein de l’équipe de direction.

Comment trouver votre propre style de travail ?

Après ces quelques précisions, sauriez-vous dire quel est votre style de travail ?

Bien souvent, l’adoption d’un style de travail est inconsciente, et il n’est pas toujours facile de savoir lequel nous correspond le mieux. Nous l’avons déjà évoqué, les styles abordés ne permettent pas forcément de décrire les méthodes de chacun de nous. Certains se situent au carrefour de deux styles ou bien combinent les atouts de plusieurs d’entre eux.

Pour vous aider à déterminer votre style de travail, voici quelques conseils qui vous permettront de mieux comprendre votre façon d’opérer, ainsi que celle des membres de votre équipe.

déterminer votre style de travail

1. Réfléchissez à votre manière de communiquer

Nous associons souvent nos manières de communiquer à notre façon d’être. D’ailleurs, plusieurs styles de communication sont très étroitement liés à certains types de personnalités. Par exemple, les individus qui communiquent en allant droit au but se révèlent généralement plus extravertis et moins empathiques.

Il en va de même pour les styles de travail. Les travailleurs axés sur la réflexion sont plutôt charismatiques, expriment librement leurs opinions et effectuent des gestes de la main pour transmettre leurs idées. Par ailleurs, les travailleurs coopératifs sont très à l’écoute et préfèrent souvent communiquer individuellement avec leurs collaborateurs. Cette attention s’accompagne parfois de contacts visuels ou de hochements de tête, et ces individus laissent volontiers transparaître leurs émotions sur leur visage.

[À lire] Conseils de communication non verbale : comment apprendre à coder et décoder les signaux non verbaux ?

2. Interrogez-vous sur votre personnalité et votre façon d’agir au travail

Vous participez à un projet en équipe. Vers quelles tâches ou missions vous orientez-vous spontanément ?

  • Vous souhaitez définir le plan de projet, puis prendre un temps de réflexion ? Le cas échéant, votre style de travail est sans doute davantage axé sur la recherche d’idées.

  • Préférez-vous discuter du projet avec l’ensemble de l’équipe avant de vous lancer ? Dans ce cas, vous êtes plutôt un adepte de la collaboration et du soutien.

  • Vous aimeriez accomplir vous-même la plupart des tâches du projet ? Si oui, vous êtes plutôt un travailleur à l’esprit indépendant ou rationnel.

  • Vous êtes celui ou celle qui reste debout une bonne partie de la nuit pour relire l’intégralité des productions et apporter des corrections ? Le cas échéant, votre quotidien professionnel est sans doute marqué par une grande attention aux détails.

Lorsque vous travaillez en équipe, vous endossez certainement le rôle qui vous donne l’impression d’être le plus utile. Il peut s’agir d’une inclination inconsciente, mais si vous y prêtez attention, vous parviendrez plus aisément à définir votre manière d’agir et de fonctionner.

3. Interrogez-vous sur ce qui vous passionne

Qu’est-ce qui vous rend le plus heureux au travail ?

  • Organiser des projets et terminer une à une les activités qui figurent sur votre liste de tâches vous procure un sentiment d’accomplissement ? Le cas échéant, vous êtes plutôt attaché aux détails.

  • Vous aimez créer l’ordre du jour de vos réunions, mais préférez ensuite laissez la discussion se lancer et suivre son cours naturellement ? Si oui, vous avez plutôt un style de travail polyvalent.

  • Aider les membres de votre équipe à accomplir des tâches complexes vous passionne ? Pas de doute, vous combinez les styles collaboratif et coopératif.

Les styles de travail ne se limitent pas à vos savoir-faire ou savoir-être. Les activités ou actions que vous appréciez et qui vous apportent une satisfaction professionnelle rentrent également en ligne de compte.

4. Prêtez attention à votre routine quotidienne et à votre gestion du temps

Il y a souvent un fossé entre ce que nous voulons faire et les tâches sur lesquelles nous passons le plus clair de notre temps. Portez une attention particulière à la répartition de vos heures de travail quotidiennes.

Si vous consacrez bien plus de temps que nécessaire à une tâche donnée, alors cette dernière n’est pas vraiment en accord avec votre style de travail. Faire disparaître ladite tâche ou vous en débarrasser semble impossible. Toutefois, prendre conscience de vos difficultés vous permettra tout de même d’avancer. En outre, vous pourrez chercher des solutions pour exécuter cette tâche plus aisément.

En revanche, accomplir rapidement une tâche qui demande plusieurs heures ou jours de travail à vos collègues constituera indéniablement l’un de vos points forts.

[À lire] Le secret pour arrêter de procrastiner au travail

5. Définissez votre manière d’aborder les conflits

Comment gérez-vous les conflits ? Vous préférez éviter ce genre de situations, défendre votre point de vue et remporter la bataille, ou bien chercher un compromis ?

En matière de conflits, les approches varient là aussi selon le style de travail de l’individu concerné. Par exemple, les travailleurs au caractère indépendant ne redoutent pas les situations de conflit, car un désaccord avec leurs collaborateurs ne les effraie pas. En revanche, les adeptes du style coopératif chercheront plutôt à éviter les situations délicates ou à résoudre le problème le plus rapidement possible.

D’autre part, difficile de déterminer comment un travailleur dont le style de travail est axé sur les idées abordera les conflits sans en savoir un peu plus sur sa personnalité. Vous pouvez avoir un style indépendant et penser que vos idées sont parfaites sans jamais vous inspirer de celles des autres. Vous pouvez aussi vous montrer ouvert à la collaboration et apprécier de débattre avec des collègues dont le point de vue est différent ou opposé au vôtre.

6. Passez un test de personnalité ou répondez à un questionnaire pour identifier votre style de travail

Pris dans l’agitation de nos journées de travail, il ne nous reste souvent que peu de temps pour l’introspection. Identifier notre style de travail s’avère donc d’autant plus difficile. C’est là que les tests entrent en jeu.

Ces derniers proposent un éventail de scénarios possibles et vous interrogent sur des points précis pour déterminer votre manière d’agir dans certaines situations. Voici quelques exemples courants de tests de personnalité et de questionnaires conçus pour identifier son style de travail :

  • Myers-Briggs Type Indicator (MBTI) : depuis quelques années, le test de Myers-Briggs est particulièrement plébiscité. Il permet de déterminer la personnalité d’un individu à partir de quatre ensembles de facteurs : introversion/extraversion, sensation/intuition, pensée/sentiment et jugement/perception. Il existe 16 types de personnalité et le résultat de ce test en dira long sur votre style de travail.

  • Inventaire de personnalité révisé NEO (NEO PI-R) : ce test d’évaluation de la personnalité s’appuie sur cinq caractéristiques (le modèle des « Big Five ») : l’ouverture, la conscience, l’extraversion, l’agréabilité et le névrosisme. Pour vous en souvenir aisément, retenez l’acronyme OCEAN. Là encore, le résultat en dit souvent long sur votre façon de travailler.

  • Questionnaire de personnalité professionnelle (SHL OPQ) : ce dernier permet de faire le lien entre type de personnalité et style de travail. Il permet d’analyser dans quelle mesure les traits de personnalité et le comportement d’un individu influencent ses performances professionnelles. Il s’agit d’un excellent outil pour déterminer si un travailleur est apte à occuper un poste. Toutefois, vous devez effectuer ce questionnaire et l’associer à d’autres tests de personnalité pour qu’il soit pertinent.

Ces tests de personnalité peuvent vous renseigner sur votre style de travail, mais vous ne pouvez vous en contenter. Analysez les résultats obtenus avec circonspection : ils ne vous apporteront que quelques indices pour faire avancer la grande énigme de la connaissance de soi, aussi bien d’un point de vue professionnel que personnel.

Améliorer la collaboration d’équipe avec Asana

Constituez une équipe dans laquelle différents styles de travail s’entremêlent

Évoluer au sein d’une équipe interfonctionnelle dans laquelle se mêlent des styles de travail variés peut s’avérer délicat. Les individus n’ont pas tous les mêmes priorités, compétences ou méthodes.

Toutefois, c’est aussi ce qui rend les équipes diversifiées si efficaces. Ces dernières excellent lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes et constituent toujours un vivier d’idées créatives. Vous souhaitez améliorer la collaboration entre les membres de votre équipe et faire cohabiter différents styles de travail ? Le cas échéant, voici une stratégie qui pourrait bien vous être utile.

S’appuyer sur plusieurs styles de travail pour réussir

1. Identifier le style de travail de chacun

Pour réussir à identifier le fonctionnement des membres de votre équipe, mieux vaut se montrer fin observateur. Notez tous les signes qui ne sont pas anodins (longueur des e-mails, temps consacré aux projets, manière de communiquer, etc.) pour les associer aux différents styles de travail décrits ci-dessus.

Confier un projet à votre équipe et observer comment chacun de ses membres échange avec ses pairs est une autre méthode efficace pour identifier les styles de travail de vos collaborateurs. Vous devriez rapidement réussir à déceler les sources de motivation et de satisfaction des uns et des autres.

2. Tenir compte des forces de chacun

Personne ne souhaite s’atteler à des tâches qui l’ennuient et pour lesquelles il n’est pas spécialement qualifié. Vous connaissez désormais les points forts des membres de votre équipe, vous pouvez donc leur attribuer les rôles qui correspondent le mieux à leur style de travail.

Par exemple, un membre d’équipe méticuleux peut éprouver des difficultés à trouver de nouvelles idées de produit. Le cas échéant, essayez de le faire travailler en binôme avec un collègue plus indépendant ou axé sur les idées, lequel pourra lui apporter son aide.

De même, un membre tourné vers la coopération ou la collaboration ne sera pas forcément le plus qualifié pour élaborer un plan de projet seul dans un bureau. Essayez de trouver un moyen d’associer la phase de planification à un travail collectif, où il pourra encourager ses collaborateurs à partager leurs idées et les aider à surmonter les obstacles éventuels.

Pour autant, chacun ne doit pas se voir confier uniquement des tâches qui correspondent en tout point à son style de travail. Participer à de nouveaux projets qui vous font sortir de votre zone de confort est particulièrement enrichissant et constitue une occasion rêvée de monter en compétences. Cela dit, lorsque vous vous confrontez à un nouveau défi, il est essentiel de bénéficier en tout temps du soutien dont vous avez besoin pour réussir.

3. Conseiller les membres de votre équipe en fonction de leur style de travail

Comme évoqué plus haut, style de travail et personnalité vont de pair. Vous ne serez donc pas surpris que vos méthodes puissent en dire long sur vos préférences en matière d’apprentissage. Lorsque vous coachez votre équipe, veillez à adapter vos conseils à la façon de faire de chacun.

Par exemple, abordez avec précaution le coaching des membres d’équipe au style indépendant. La microgestion leur fait horreur : traitez-les avec professionnalisme et laissez-les exprimer toute leur créativité.

En revanche, les membres d’une équipe collaborative réagissent très bien au feedback. La communication des retours et le partage des idées sont des composantes clés de ce style de travail. Par ailleurs, les individus qui ont le souci du détail peuvent avoir besoin de retours précis et approfondis. Autrement, vous risquez de les voir revenir vers vous avec une longue liste de questions, dans l’attente de clarifications.

[À lire] Macrogestion : 8 conseils pour devenir un macromanager efficace

4. Constituer une équipe dans laquelle différents styles de travail sont représentés

Il est peu probable que tous les styles de travail soient réunis dans un même groupe (sauf si vous évoluez au sein d’une très grande équipe). Cela étant, il est indispensable d’associer autant de styles différents que possible au sein d’un même groupe. Vous diversifierez ainsi les forces dont vous disposez et votre équipe deviendra d’une efficacité redoutable.

Imaginez une équipe entièrement composée de membres à l’esprit d’analyse et attachés aux détails. Votre progression par rapport à vos objectifs sera non seulement très lente, mais votre équipe éprouvera également des difficultés à trouver des solutions innovantes ou créatives.

De même, une équipe totalement centrée sur la réflexion manquerait de structure : personne pour prendre note des idées exprimées, pour les développer, puis pour créer un plan détaillé à partir de ces dernières.

Combinez vos atouts

La résolution des problèmes en entreprise est l’affaire de tous, indépendamment du mode de fonctionnement de chacun. Les projets deviennent chaque jour plus complexes et, pour les mener à bien, vous avez besoin de bénéficier d’une multiplicité de points de vue et de compétences. En tant que leader, vous devez absolument vous appuyer sur votre style de travail et sur celui de tous les membres de votre équipe afin d’enrichir la culture d’entreprise et d’accomplir ensemble vos projets les plus ambitieux.

Vous souhaitez encourager votre équipe à travailler et communiquer efficacement ? Testez un logiciel de collaboration d’équipe : Asana est la solution idéale pour coordonner vos objectifs et augmenter votre productivité.

Améliorer la collaboration d’équipe avec Asana

Ressources associées

Article

25 activités de cohésion d’équipe pour un moral d’acier