Le « workation », nouvelle tendance entre vacances et travail

Portrait de Whitney VigeWhitney Vige25 mai 20229 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
What is a workcation article banner image
Essayer Asana

Summary

Workcations are a work and travel trend that combine working and taking a vacation. They’re on the rise, thanks in a large part to the increased location flexibility and rising worker burnout. Taking a workcation might be just what you need to destress, recharge, and get motivated—as long as you plan it the right way.  

Imaginez la scène : c’est la fin des vacances, vous faites vos valises en rêvant de prolonger votre séjour. Si seulement vous n’aviez pas à retourner au bureau ! Comme beaucoup, vous avez sûrement déjà connu cette situation. Avant la pandémie de COVID-19 et la démocratisation du télétravail, l’idée d’exercer votre activité dans un lieu exotique vous aurait certainement semblé impossible. Aujourd’hui, c’est pourtant une nouvelle tendance qui fait de plus en plus d’adeptes.

Cette tendance a un nom : le « workation », contraction des mots anglais « work » (travail) et « vacation » (vacances). De plus en plus populaire, ce mode de travail était envisagé par 74 % des Américains en télétravail en 2021, selon les données d’une enquête Harris dévoilées par Axios.

Ce mélange entre travail et loisir n’a pourtant rien de nouveau : nombreux sont les travailleurs à qui il arrive souvent de prolonger de quelques jours leur séjour professionnel pour faire un peu de tourisme (concept connu sous le nom de « bleisure », contraction de « business » [affaires] et « leisure » [loisir]) ou d’inviter leur partenaire à les accompagner en voyage d’affaires. Cependant, la démocratisation du télétravail, la flexibilité offerte par ce nouveau mode de fonctionnement et l’explosion des cas de burnout ont propulsé cette pratique sur le devant de la scène.

Qu’est-ce que le workation ?

Comme son nom le suggère, le workation allie travail et vacances. L’idée est simple : plutôt que de travailler chez vous ou au bureau, vous exercez votre activité depuis un cadre plus agréable, comme la mer ou la montagne.

Attention à ne pas confondre le workation avec…

  • Des vacances : les workations ne sont pas des vacances. Vous ne prenez pas de congés, et l’objectif n’est pas pour vous de déconnecter totalement. Il vous faut continuer à tenir vos échéances, à répondre aux e-mails, à participer aux réunions… En somme, vous travaillez, mais dans un cadre bien plus idyllique que votre bureau. 

  • Le « bleisure » : le bleisure combine affaires et loisir. Il s’agit par exemple de prolonger de quelques jours un voyage d’affaires pour faire du tourisme et se détendre. Si votre voyage d’affaires ne coïncide pas avec un week-end, vous devez alors prendre quelques jours de congés. Par ailleurs, le bleisure n’offre pas autant de flexibilité que le workation, dans la mesure où vous n’avez pas le choix de la destination. 

  • Un congé dédié à la santé mentale : proposés par certaines entreprises outre-Atlantique, ces journées de congé permettent aux employés de ponctuellement lever le pied en cas d’excès de stress ou de symptômes d’épuisement professionnel. 

  • Un congé sabbatique : un congé sabbatique est une période prolongée durant laquelle vous arrêtez de travailler pour vous concentrer sur votre développement personnel ou professionnel. Bien que chaque entreprise ait ses propres conditions d’éligibilité et de durée, ce congé dure généralement entre 6 et 11 mois en France. 

Ne vous y méprenez pas : le workation ne remplace pas de véritables vacances ou congés payés. Pour recharger vos batteries, rien ne vaut une déconnexion totale ! Si vous vous contentez de workations, vous risquez de sombrer dans le burnout… un résultat totalement contre-productif. Saviez-vous qu’aux États-Unis, beaucoup d’employés n’utilisent pas tous leurs congés payés ? Ce comportement est risqué, car, même si les workations permettent de changer d’air, ils ne valent pas de véritables vacances en termes de repos et de décompression.

Les workations ne se substituent donc pas aux vacances ; voyez-les plutôt comme une corde de plus à votre arc pour lutter contre le burnout. Poursuivez la lecture pour choisir au mieux entre workation et vacances en fonction de vos besoins.

Les causes de la popularité grandissante du workation

Le concept de workation n’est pas totalement nouveau, il date d’ailleurs d’avant la pandémie. Le premier pic de popularité du workation remonte à juillet 2011, suite à la publication d’un reportage Today sur ce concept. Néanmoins, c’est tout de même à la pandémie de Covid-19 que nous devons l’engouement marqué pour le workation.

D’après Google Trends, la recherche du terme « workation » a commencé à gagner en popularité autour d’octobre 2020, environ six mois après la fermeture des bureaux imposée aux entreprises pour endiguer la pandémie. De récents articles de fond publiés par diverses sources telles que The Atlantic soulignent la nature durable de cette tendance. Bien plus qu’une échappatoire, le workation offre aux employés l’occasion de prendre de nouvelles habitudes de travail.

Pourquoi la pandémie a-t-elle provoqué un tel engouement pour ce concept ? Plusieurs facteurs sont entrés en jeu, notamment la démocratisation du télétravail, la flexibilité du lieu de travail et la hausse du nombre de burnouts, tous secteurs confondus.

Flexibilité et télétravail, deux résultats de la pandémie

Ce n’est un secret pour personne, la pandémie de Covid-19 a totalement changé notre façon de travailler. D’après des données recueillies par Gallup, seulement 8 % des employés éligibles au télétravail travaillaient exclusivement depuis chez eux avant la pandémie, contre 70 % en mai 2020, au plus fort des premières flambées de Covid aux États-Unis. Malgré la baisse du nombre de cas, l’intérêt pour le télétravail s’est maintenu : en février 2022, 39 % des employés éligibles travaillaient exclusivement depuis chez eux, et 42 % avaient un mode de travail hybride.

According to data from Gallup, the percentage of American employees working remotely doubled in the weeks between mid-March 2020 and early April 2020.

Outre cette hausse du télétravail, la pandémie a entraîné une demande de flexibilité en matière de lieu de travail. D’après de récents rapports, les employés sont prêts à quitter leur poste pour obtenir plus de flexibilité quant à leur lieu et leurs horaires de travail. Selon une enquête menée par Gallup auprès de plus de 140 000 actifs américains, 54 % des employés en télétravail complet rechercheraient un autre travail si leur entreprise mettait fin au télétravail.

Des cas de burnout en hausse chez les Américains

En plus de révolutionner notre façon de travailler, la pandémie de Covid-19 a changé notre rapport au travail. D’après l’Anatomie du travail 2021, le monde du travail a fait face à une inquiétante augmentation du nombre de cas de surmenage et de burnout au plus fort de la pandémie. Selon cette étude, 87 % des employés travaillaient tard le soir, et 71 % des travailleurs de la connaissance se sont retrouvés en situation de burnout en 2020. C’est aux États-Unis que ce pic de cas de burnout a été le plus fort, avec 91 % des travailleurs de la connaissance touchés.

Nine out of 10 knowledge workers in the U.S. experienced burnout in 2020. 

Aujourd’hui, même si la baisse du nombre de cas de Covid et l’adaptation globale des employés ont entraîné une réduction des burnouts liés à la pandémie, ce mal sévit toujours. Dans l’Anatomie du travail 2022, le burnout est qualifié de « constante pour les travailleurs de la connaissance », avec presque un quart des employés en situation de burnout au moins quatre fois par an.

Entre le passage soudain au télétravail, le désir grandissant de flexibilité de la part des employés et l’augmentation des cas de burnout, rien de surprenant à ce que les actifs veuillent profiter de ce nouveau mode de travail pour recharger leurs batteries et changer d’air : voici venue l’ère du workation.

Les avantages du workation

Vous connaissez maintenant les raisons qui se cachent derrière l’intérêt grandissant pour le workation. Mais alors, quels sont les avantages de ce mode de travail ? Certains sont évidents (voyager sans prendre de congés !), tandis que d’autres sont plus subtils (gagner en créativité et en productivité). En voici quelques-uns, chacun constituant une bonne raison de prévoir un workation en 2022 :

  • Voyager sans avoir à prendre de congés

  • Tenir vos échéances et mener vos projets à bien tout en changeant d’air

  • Diminuer le risque de burnout et trouver un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle

  • Stimuler votre productivité et votre creativité

  • Vous ressourcer mentalement et émotionnellement 

  • Faire le plein d’énergie et d’inspiration 

  • Déconnecter et découvrir de nouveaux horizons pendant votre temps libre

  • Profiter des périodes de creux au travail sans avoir à prendre de congé

  • Réduire le stress au travail et entretenir votre bien-être mental

Le workation peut-il remplacer les vacances ?

D’après le Bureau of Labor Statistics, aux États-Unis, les employés du secteur privé en poste depuis au moins un an ont en moyenne droit à 11 jours de congé. Même si de nombreuses études prouvent l’importance du repos pour la motivation d’équipe et le bien-être des employés, la réalité est tout autre : aux États-Unis, beaucoup de personnes consacrent leurs congés à des obligations familiales ou à des urgences.

La réponse à ces problèmes réside-t-elle dans le workation ? D’un côté, ce concept offre l’occasion de profiter pleinement du télétravail, de changer d’air et de découvrir de nouveaux horizons sans avoir à prendre de congés. En revanche, le workation ne remplace pas la déconnexion offerte par de véritables vacances. D’ailleurs, il peut parfois s’avérer contre-productif, puisqu’il brouille encore plus la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle, pouvant entraîner des burnouts.

Ne vous découragez pas pour autant ! L’essentiel est de bien réfléchir au type de pause dont vous avez besoin.

Partez en workation si…

  • Vous souhaitez vivre ailleurs et découvrir de nouveaux horizons pendant deux semaines ou plus

  • Vous cherchez une expérience authentique et locale lorsque vous voyagez

  • Vous acceptez de ne pas faire de tourisme en journée 

  • Vous voulez rendre visite à des proches qui vivent loin de chez vous sur une période prolongée

Prenez des vacances si…

  • Vous vous sentez surmené et avez besoin d’une pause

  • Vous souhaitez totalement vous déconnecter du travail

  • Vous souhaitez vous immerger totalement dans votre destination

  • Vous souhaitez vous concentrer sur votre vie personnelle pour parvenir à un meilleur équilibre de vie

Prenez un congé sabbatique si…

  • Vous avez l’impression que votre carrière stagne

  • Vous voulez acquérir de nouvelles compétences ou poser un regard différent sur votre travail

  • Vous cherchez une nouvelle façon de gagner en productivité et en créativité

  • Vous voulez booster votre développement professionnel et atteindre certains objectifs de carrière

Prenez une demi-journée ou une journée de congé si…

  • Vous avez une obligation (avion à prendre ou visite familiale, par exemple)

  • Vous avez des impératifs personnels (rendez-vous médical, etc.)

  • Vous êtes en voyage d’affaires et souhaitez prolonger le séjour d’une journée 

  • Vous voulez profiter d’un long week-end

Prenez une journée de repos pour santé mentale si…

  • Vous avez du mal à vous concentrer au travail ou votre productivité a chuté

  • Vous êtes stressé à l’idée de travailler ou vous êtes en proie à l’angoisse du dimanche soir

  • Vous vous sentez indifférent, anxieux ou irritable au travail

  • Vous êtes épuisé, votre travail vous obsède ou vous avez du mal à décrocher

Comment préparer votre workation ?

Vous avez décidé de partir en workation ? Félicitations ! Avant tout, commencez par demander l’autorisation à votre supérieur hiérarchique. Une fois que vous aurez son accord, vous n’aurez plus qu’à choisir votre destination et établir quelques règles de travail. Poursuivez la lecture pour découvrir comment planifier un workation à la fois productif et reposant.

1. Obtenez l’accord de votre manager

Avant de chercher votre destination, commencez par vérifier que votre entreprise est ouverte au concept de workation. La culture de votre entreprise et sa politique en matière de télétravail sont de bons indicateurs en la matière. Réfléchissez aussi à votre rôle : pouvez-vous accomplir l’ensemble de vos responsabilités à distance ?

Une fois que vous êtes fixé, parlez-en à votre manager. Nul besoin d’entrer dès maintenant dans les détails, vous aurez le temps d’en parler ultérieurement. Lors de votre première réunion à ce propos, évoquez votre idée, présentez le concept de workation et faites le point sur ses avantages pour vous et l’entreprise.

2. Choisissez votre destination

Une fois que vous avez obtenu l’aval de votre manager, le moment est venu de commencer à planifier votre workation. Il y a deux facteurs clés à prendre en compte : votre destination et la période à laquelle vous vous y rendrez.

Pour choisir la date, penchez-vous sur votre planning. Évitez de partir en workation pendant les périodes chargées (nouveau lancement ou saison haute dans votre secteur, par exemple). L’idéal est de vous absenter lorsque les activités sont peu intenses.

Pensez aussi à vérifier que votre destination est adaptée au télétravail. Choisissez notamment un lieu où l’accès à Internet est facile, sans quoi vous aurez sûrement des difficultés à travailler. Posez-vous les questions suivantes :

  • La connexion Internet y est-elle bonne ?

  • Le fuseau horaire est-il compatible avec celui de votre bureau ?

  • Pourrez-vous travailler toute la journée dans ce lieu, ou risquez-vous d’être distrait ?

  • Les hébergements disponibles sur place se prêtent-ils au télétravail ? 

  • Quelles activités sont proposés dans les environs ? Sont-elles compatibles avec votre planning professionnel ?

3. Préparez un plan avec votre manager et votre équipe

Une fois que vous avez choisi votre destination et la période de votre workation, entretenez-vous à nouveau avec votre manager et votre équipe. Cette fois-ci, penchez-vous concrètement sur l’aspect logistique de votre workation et fournissez-leur les informations dont ils ont besoin, notamment :

  • Date de départ et date de retour au bureau 

  • Fuseau horaire de votre destination et éventuel décalage avec celui de votre bureau

  • Horaires de travail, s’ils diffèrent de vos horaires habituels

  • Mode de communication à privilégier pendant votre workation

  • Personne à contacter en cas d’urgence lorsque vous êtes injoignable

  • Tâches que vous comptez déléguer en votre absence (par exemple, organisation des réunions au bureau)

4. Définissez des limites claires et restez productif

Obtenir l’aval de votre manager : check. Choisir une destination de rêve : check. Aborder les aspects logistiques avec votre équipe : check. Et maintenant ?

Nouvel environnement, pléthore d’activités à découvrir… attention à ne pas vous croire en vacances ! Souvenez-vous que vous êtes aussi là pour travailler. Pour maximiser vos chances de réussite, fixez-vous des limites, tout comme vous le feriez lorsque vous travaillez depuis chez vous.

Si vous voyagez en famille, il vous faudra peut-être établir clairement des horaires de travail. Si vous voyagez seul, pourquoi ne pas suivre une routine matinale pour vous motiver à travailler ? Voici quelques méthodes qui vous aideront à rester productif pendant votre workation :

  • Utilisez des techniques d’organisation pour rester productif 

  • Respectez les horaires de travail que vous avez définis

  • Créez un environnement de travail optimal

  • Utilisez des techniques de gestion du temps, comme la matrice d’Eisenhower ou la technique Pomodoro pour mener vos projets à bien

  • Prévoyez de régulièrement faire le point avec votre équipe pendant votre workation 

  • Définissez des consignes de communication avec votre équipe et tenez-vous-y

  • Prévoyez des temps de concentration et utilisez des déclencheurs (écouter un certain type de musique, par exemple) pour limiter les distractions

5. Profitez de votre séjour

Dans notre monde moderne où les technologies sont omniprésentes, il est parfois difficile de décrocher, même lorsqu’on est censé décompresser. Après tout, nous ne sommes qu’humains !

Selon l’étude Vacation Deprivation Study menée en 2022 par Expedia, les Américains ont du mal à déconnecter pendant leurs vacances. Nombreux sont ceux qui apportent leur ordinateur avec eux ou qui passent des appels professionnels, même en congés.

Rassurez-vous, il n’y a rien de mal à avoir besoin d’un peu de répit. Les workations ont l’avantage de mêler travail et loisir, profitez donc de votre temps libre pour partir à la découverte de ce nouvel environnement. Forcez-vous à déconnecter complètement après le travail et à respecter les limites que vous avez fixées : après tout, l’objectif est d’en revenir détendu et motivé.

Fight burnout and find balance with task management

Workcations are a great way to prioritize your work-life balance and destress when you’re feeling burnt out. Taking a workcation can boost your productivity and spark creativity—not to mention give you a great excuse to spend a week on the beach. But workcations aren’t a cure for work stress. 

If you’re feeling overwhelmed and overworked, try task management. Task management streamlines your workload, making it easier to track, prioritize, and delegate your tasks, so you can focus on the work that really matters (no matter where you are).

Gérer et hiérarchiser vos tâches avec Asana

Ressources associées

Article

Collaborer avec son équipe à distance, mode d’emploi