11 conseils pour être un bon manager en 2023

Portrait du contributeur – Alicia RaeburnAlicia Raeburn
4 janvier 2023
10 min de lecture
facebookx-twitterlinkedin
Modèles

Résumé

Dans l’entreprise, le manager est la personne chargée de coordonner les efforts des individus ou l'allocation des ressources.Il établit les indicateurs de performance clés et les objectifs et dirige son équipe de façon à atteindre ces derniers. En tant que gestionnaire, il est chargé d’accompagner les membres de son équipe de façon à soutenir leur travail et encourager leurs efforts.

Mise à jour: Dans cet article, nous verrons quel est le rôle d’un manager et quelles sont les qualités essentielles à posséder pour être un bon manager et obtenir le meilleur de son équipe.

Un bon manager assure la cohésion d'équipe et mène celle-ci vers les objectifs attendus.

Vous souhaitez développer vos compétences en management ? Poursuivez votre lecture ! Nous verrons ci-dessous quelles sont les compétences d’un manager et nous vous proposons 11 conseils pour développer savoir-être et savoir-faire de façon à être un bon manager.

Quel est le rôle du manager?

Le manager occupe une place importante dans l'organigramme, entre la direction de l'entreprise (PDG, vice-présidents, directeurs, etc.) et les employés. Le rôle du manager est de comprendre les initiatives et les objectifs stratégiques de la direction et de les retranscrire à travers des actions collectives et individuelles de manière à atteindre ces objectifs.

Bien que les tâches et les fonctions spécifiques attendues des managers varient considérablement en fonction de l’entreprise, du secteur d'activité ou du service qu'ils supervisent, les responsabilités en matière de gestion relèvent principalement des catégories suivantes :

  • Gestion des processus : Les managers sont responsables de la conceptualisation et de la mise en œuvre des processus et des flux de travail nécessaires à l’atteinte des objectifs;

  • Gestion des personnes : Les managers doivent diriger les employés dans l'accomplissement de tâches distinctes et s'assurer que ces tâches sont liées à des résultats, des mesures ou des objectifs spécifiques;

  • Gestion des attentes : Les managers doivent gérer les attentes de leurs subordonnés directs (le travail à accomplir) et de la hiérarchie.

Qu’est-ce qu’un bon manager ?

Le style de management peut varier d’un manager à un autre. Malgré tout, il existe des compétences et des qualités essentielles à avoir pour être un bon manager : communication, esprit d’équipe, organisation, figurent parmi les qualités d’un bon manager.

11 conseils pour devenir un meilleur manager

Nous abordons ci-dessous des conseils que vous pouvez appliquer pour améliorer vos compétences managériales au sein d’une entreprise et à la tête d’une équipe.

Les 11 compétences clés du manager

1. Coordonnez l’ensemble des objectifs

En tant que manager, parmi toutes les actions décisives que vous pouvez entreprendre pour votre équipe, le mieux reste encore de leur faire comprendre toute l’importance de leur travail. D’après nos recherches, les équipes qui identifient clairement en quoi leurs efforts contribuent aux objectifs de l’entreprise sont deux fois plus impliquées que les autres.

Malheureusement, seuls 26 % des employés visualisent clairement en quoi leurs tâches individuelles participent aux objectifs de l’entreprise, et à peine 16 % estiment que leur entreprise définit clairement ses objectifs et communique efficacement sur ces derniers. Pourtant, le fait de saisir l’utilité de certaines étapes et tâches dans votre stratégie, dans la création d’un produit ou dans le développement de votre entreprise aide grandement votre équipe à se sentir respectée.

En tant que manager, vous devriez clarifier les objectifs de façon à ce que vos collègues visualisent bien le lien entre leur travail et les objectifs de l’entreprise. En communiquant ces informations aux membres de votre équipe et en les aidant à comprendre leur contribution générale, vous les motivez à donner le meilleur d’eux-mêmes. Ce type d'échange peut se faire au cours des entretiens individuels par exemple.

Pour aider chacun à mieux visualiser en quoi ses tâches quotidiennes contribuent aux objectifs de l’équipe et de l’entreprise, faites appel à un outil de suivi des objectifs. Vous connaissez vos objectifs sur le bout des doigts ? C’est parfait ! Mais vous verrez qu’en concrétisant ces liens, tout sera plus limpide.

Définir et atteindre ses objectifs avec Asana

2. Créez un environnement inclusif

Nous avons donc établi que pour gagner en productivité, aligner les objectifs de votre équipe sur ceux de l’entreprise est un vrai plus. Certes, mais comment y parvenir ? Là aussi, écoutons l’avis de la Brookings Institution : d’après ses recherches, créer du lien social entre collègues est le premier facteur qui permet de donner du sens au travail des équipes.

Si la création d’une culture d’entreprise inclusive et positive demande du temps et des efforts, ceux-ci sont récompensés par un surplus de motivation et d’implication de la part de vos collègues. Les membres d’équipe qui entretiennent de bonnes relations et ont à cœur de bien travailler créeront des produits finis de meilleure qualité. Maintenant, la question sous-jacente : comment manager une équipe dans un environnement inclusif ?

La réponse se trouve dans votre degré d’intelligence émotionnelle. Cette compétence complémentaire joue un rôle majeur dans la création d’un environnement de travail inclusif. En effet, qui dit intelligence émotionnelle développée dit collaborations et communications plus efficaces, sans compter la possibilité de nouer des relations interpersonnelles plus poussées. 

Voici quelques techniques pour développer votre intelligence émotionnelle et en faire un atout en tant que manager :

  • Échangez ouvertement et activement avec vos collègues afin de connaître leur ressenti au sujet de leur travail et de l’équipe.

  • Donnez-vous assez de temps pour le feedback et autres discussions, afin que chacun se sente en sécurité.

  • Aidez vos collègues à se sentir soutenus en prenant en compte leurs idées et en reconnaissant leur travail.

  • Identifiez les qualités uniques à chaque membre d’équipe et veillez à ce qu’ils se sentent suffisamment à l’aise pour s’exprimer.

  • Établissez des normes de groupe encourageant toute l’équipe à faire preuve d’inclusivité.

3. Déléguez !

On parle de microgestion lorsqu’une même personne tente de maîtriser un projet de bout en bout, au détail près. Il faut avouer qu’il n’est pas toujours facile de prendre la tête d’un projet et d’en assurer la réussite sans être tenté de tout gérer à la fois. Mais si vous vous en rendez compte, vous avez déjà fait un premier pas de côté pour éviter de tomber dans le piège de la microgestion.

En quoi cette microgestion pose-t-elle problème ? Voici certaines de ses répercussions sur votre équipe :

  • Une perte de confiance généralisée

  • Une irritation croissante

  • Un manque de confiance en ses capacités, mais aussi en les vôtres

  • Une propension au burnout

  • Une vue d’ensemble lacunaire

  • Un manque d’objectivité au sujet des erreurs qu’il vous faudra rectifier

Pour contourner le problème, entraînez-vous à déléguer certaines responsabilités aux membres de votre équipe. Attention cependant : pour être efficace, le manager doit connaître les forces et faiblesses de chacun. Attribuez des tâches en prenant en compte les spécialités de vos collègues, de même que leurs objectifs. 

quotation mark
En tant que leader, aucune de ces compétences n’aura le moindre intérêt sans la confiance de votre équipe. Si l’éthique s’enseigne, on ne peut en dire de même de l’intégrité. Et même en ayant bénéficié du meilleur enseignement possible, tant que vous n’aurez pas appris à exercer votre bon jugement et à appliquer ce savoir au contexte qui vous concerne, vous commettrez certainement des impairs.”
 Dustin Moskovitz, cofondateur d’Asana

De leur côté, n’oubliez pas non plus que les membres de votre équipe n'appliquent pas toujours les mêmes méthodes de travail que vous, et qu’il leur arrivera d’échouer. En tant que manager, il vous revient aussi de savoir identifier ces problèmes au plus vite et de soutenir au maximum votre équipe pour l’aider à réussir à long terme.

En cas d’erreur de leur part, faites preuve de patience et encouragez-les à poser des questions. Gardez à l’esprit qu’un bon manager est aussi un bon coach. Tout ne se déroule pas comme prévu ? Pas d’inquiétude ! Pour vos collègues, c’est l’occasion d’apprendre ; pour vous, c’est le moment idéal pour développer vos compétences.

4. Clarifiez les objectifs et les attentes

Des objectifs précis sont encore le moyen le plus efficace pour réussir un projet, quel qu’il soit. Et justement, le manager a pour mission de clarifier les résultats attendus auprès de chacun. Plus ces attentes seront claires, plus votre équipe pourra y répondre facilement.

Dans cette optique, vous pouvez faire appel à des objectifs SMART : ces objectifs spécifiques, atteignables, réalistes et temporellement définis, d’après cet acronyme, sont parfaitement clairs et faciles à suivre, ainsi qu’à mesurer une fois atteints (ou manqués). Que vous atteigniez tous vos objectifs ou non, un suivi SMART vous aidera à tirer les bonnes leçons pour la suite.

Pour suivre efficacement la progression de votre équipe par rapport à ses objectifs de projet, il vous faut aussi disposer d’une source unique de référence. Par exemple, le logiciel de définition d’objectifs proposé par Asana vous permet de vous fixer des jalons et de produire des rapports d’avancement, entre autres. Grâce à ces derniers, les membres de votre équipe disposent de toutes les informations de contexte nécessaires à leur réussite, et peuvent collaborer en différé à la réalisation de leur travail.

Comment devenir un bon manager ?

5. Communiquez un maximum

La plupart du temps, nos erreurs sont davantage le fruit de problèmes de communication que d’un manque de performance. En tant que chef d’équipe, vous devez savoir communiquer efficacement, à la fois pour réaliser vos tâches, mais aussi pour renforcer le moral de votre équipe. Depuis l’avènement du télétravail, les communications de travail se sont étendues à encore plus de canaux.

Pour rationaliser la communication sur ces derniers, créez un plan de communication d’équipe : vous y définirez les canaux de communication à employer selon les situations. Un tel plan répondra à toutes les questions de vos collègues en matière de stratégie de communication de projet.

Un exemple de plan de communication :

  • Faites appel à Slack pour faire le point sur les nouvelles informations au quotidien et pour les questions rapides, ou encore pour vos discussions d’équipe qui participent à la création de lien.

  • Servez-vous de Zoom pour organiser vos entretiens individuels et vos présentations.

  • Envoyez des e-mails pour communiquer avec vos partenaires ou parties prenantes externes.

  • Faites confiance à Asana pour communiquer en différé au sujet du travail, programmer des tâches et suivre votre progression.

Vous devez absolument comprendre comment fonctionne la communication au sein de votre équipe, aussi bien sur le plan individuel que collectif. Pour juger de son efficacité, demandez leur avis à vos collègues !

L’entretien annuel et autres rendez-vous individuels sont l’occasion idéale d’ouvrir le dialogue avec vos collègues et d’en tirer des pistes d’amélioration.

Modèle d’entretien individuel gratuit

6. Faites bon usage des outils de collaboration

Les logiciels dédiés à la collaboration peuvent vous être d’un grand secours lorsqu’il s’agit d’aider votre équipe à améliorer ses performances et à gagner en productivité. Un simple exemple : 80 % des utilisateurs d’Asana affirment avoir davantage de visibilité sur le travail et les responsabilités de chacun au sein de leur équipe.

Le logiciel que vous adopterez permettra à votre équipe de définir son plan et son processus, sans compter le suivi de la progression du travail. En voici quelques avantages :

  • Une plateforme centralisée dédiée aux tâches clés, grâce à laquelle chacun se tient informé de l’avancement général du projet.

  • Une meilleure visibilité pour toute l’équipe, afin que chacun comprenne pourquoi une tâche donnée doit être réalisée d’une manière précise ou dans un certain laps de temps.

  • Une gestion du temps optimale due à la rationalisation et la centralisation du travail, dans le but de concrétiser les brainstormings et produire des concepts structurés plus rapidement. Vous consacrez ainsi toute votre énergie à la recherche de qualité, et non plus à l’attribution des tâches à chacun et autres explications.

7. Pratiquez l’écoute active

Dans le domaine de la gestion d’équipe, beaucoup sous-estiment la capacité d’écoute. Pourtant, il s’agit bien d’une compétence essentielle à tout manager qui souhaite maximiser les performances de son équipe. À la clé, de nombreux bénéfices reconnus : une communication plus efficace et davantage de collaboration, mais aussi des collègues qui tissent des liens plus forts et se font davantage confiance, pour n’en citer que quelques-uns.

Cette écoute peut être empathique, appréciative, intégrale ou critique. Pour être un bon manager, vous devez vous focaliser sur un type d’écoute empathique en particulier : l’écoute active.

L’écoute active vise à bien écouter pour comprendre pleinement les propos de l’interlocuteur. Pour pratiquer ce type d’écoute, il vous faut mettre de côté vos propres pensées ou réponses et échanger avec votre collègue dans le but de le comprendre. Évitez toute distraction et ne faites rien d’autre en même temps ; posez des questions ouvertes pour mieux saisir de quoi l’on vous parle ; paraphrasez ou résumez les propos pour être sûr d’avoir bien compris ce qui s’est dit.

quotation mark
Quand votre collègue vous présente son problème, reformulez ses propos (« Si je comprends bien, tu dis que… »). Souvent, il nous suffit d’entendre notre problème de la bouche de quelqu’un d’autre pour réaliser que nous en connaissons déjà la solution.”
 Justin Rosenstein, cofondateur d’Asana

Travaillez votre écoute active et vous serez également mieux à même de résoudre les conflits. Non seulement vous pouvez paraphraser et résumer les dires de votre collègue, mais aussi formuler vos phrases à la première personne pour bien lui faire comprendre que vos propos ne sont que le reflet de votre propre point de vue.

Par exemple, préférez la phrase « J’ai l’impression que mon feedback de ce matin ne t’a pas convaincu » à une phrase du type « Tu ne m’as pas écouté ».

8. Faites confiance à votre équipe

Autre élément essentiel à l’établissement d’une solide culture d’entreprise : vous devez faire confiance à votre équipe. Vos performances d’équipe, et plus généralement celles de votre entreprise, sont étroitement liées à votre culture d’entreprise. Cette dernière doit donc contribuer à motiver vos employés et les convaincre de rester dans l’équipe. Par ailleurs, un meilleur moral améliorera leur bien-être et vous fera gagner en productivité.

Afin de prouver à votre équipe que vous lui faites confiance, essayez de déléguer des responsabilités et d’adopter des processus de travail collaboratifs. Échangez avec vos collègues et demandez-leur ce qu’ils pensent aussi bien du projet et de sa réussite que de vos propres performances. Ils sauront ainsi que vous vous souciez de leur opinion et vous feront encore davantage confiance.

9. Montrez-vous ferme et défendez les intérêts de votre équipe

Le manager est également chargé de prendre toutes les décisions qui affectent l’équipe dans son ensemble. Faites de votre mieux pour informer votre équipe de vos décisions au plus vite, en particulier lorsque celles-ci ont des conséquences sur leur travail. Préparez-vous aussi à expliquer vos décisions, de même que le contexte qui les entoure. Cette transparence sera très appréciée par votre équipe et sera à la base de votre relation de confiance.

Des intervenants extérieurs à votre équipe ont repéré des erreurs dans votre travail ? Dans la mesure où vous avez pour mission de superviser le travail de votre équipe, vous devez vous tenir prêt à monter au créneau. Et si vous avez l’impression que l’on critique injustement son travail ou que la ou les personnes concernées n’ont pas tout le contexte nécessaire pour en juger, il est de votre responsabilité d’intervenir.

Un bon manager vient à la défense de son équipe. C’est à vous que revient la tâche de représenter votre équipe et son travail. Si tout ne se passe pas comme prévu, votre soutien renforcera encore davantage la relation de confiance qui vous unit à vos collègues.

10. Ayez confiance en vous

Une gestion d’équipe efficace demande également une bonne dose de confiance en soi. Un manager qui agit avec aplomb aura une influence positive sur son équipe, qui aura tendance à suivre son exemple. Vous êtes tout juste en poste et manquez encore d’expérience ? Qu’à cela ne tienne, que cela ne vous empêche pas d’avoir pleinement confiance en vos décisions et en vos capacités !

Pour développer votre confiance en vous, identifiez vos atouts et gardez vos succès en tête. Si à un moment donné votre flamme vacille, remémorez-vous vos réussites passées pour retrouver le moral. Reconnaissez aussi lorsque vous traversez une mauvaise passe… et une fois que vous aurez surmonté ces difficultés, félicitez-vous de l’expérience acquise. Vous aurez de quoi être fier de vous à l’avenir en y repensant.

Montrez à votre équipe que vous croyez en ses capacités. Soyez à ses côtés et conseillez-la si nécessaire, sans toutefois oublier de lui confier des tâches importantes qui lui rappelleront à quel point vous lui faites confiance. Cette confiance aura également une excellente influence sur le moral de votre équipe.

[À lire] Nos conseils aux managers débutants

11. Prenez le temps d’organiser des activités de cohésion d’équipe

À management exceptionnel, résultats exceptionnels ! Toutefois, n’oubliez pas de vous laisser du temps libre pour vous amuser un peu.

Organisés à intervalle régulier, les exercices de cohésion d’équipe ne sont pas seulement l’occasion de s’amuser pendant la pause. Ils permettent aussi de créer davantage de liens entre collègues. Égaillez leur quotidien en posant quelques questions brise-glace avant une réunion ou prévoyez une journée entièrement dédiée à des activités de team-building. Vous pouvez vous en occuper vous-même ou demander l’avis d’un professionnel, et même organiser une sortie avec votre équipe (par exemple en la faisant participer à un atelier à l’extérieur ou à une escape room). Dans tous les cas, une meilleure cohésion d’équipe encourage vos collègues à mieux collaborer et à se faire confiance.

Et comme vous le savez, une équipe qui collabore efficacement produira de meilleurs résultats.

[A lire] Codir: comment organiser un comité de direction en 10 étapes

Une seule plateforme pour tous vos échanges d’équipe

Chaque manager a son propre style, qui se reflète dans son travail au quotidien. Et c’est tant mieux ! Mais si vous voulez faire la différence, vous devez développer vos compétences en communication et savoir déléguer, ainsi qu’utiliser les bons outils collaboratifs pour vous organiser.

Grâce à notre logiciel spécialisé dans la collaboration, vous échangez avec votre équipe et rationalisez tâches, échéances et communications au même endroit, que vous exerciez en présentiel ou en télétravail.

Améliorer la collaboration d’équipe avec Asana