Moyens mnémotechniques: les 10 meilleures techniques de mémorisation

Image du contributeur – Équipe AsanaTeam Asana23 septembre 202210 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
Techniques de mémorisation
Modèles

Résumé

“Mais où et donc or ni car?” est sans doute l’un des moyens mnémotechniques les plus célèbres. Qu’est-ce que cela a à voir avec la gestion de projet, nous direz-vous? Bien plus que l’on ne le pense, car développer sa mémoire avec des techniques de mémorisation pourra vous être d’une grande aide dans vos affaires et votre quotidien au bureau.

Update: retrouvez dans cet article notre boîte à outils contenant plusieurs moyens mnémotechniques à utiliser fréquemment pour améliorer votre mémoire.

Pourquoi et comment utiliser les moyens mnémotechniques? Le cerveau humain est un organe particulier. Parfois, nous nous souvenons d’une information aléatoire et sans contexte, racontée par un ami il y a 17 ans, avec toujours cette même interrogation : jusqu’à combien de données pouvons-nous bien stocker ? (environ 2,5 pétaoctets, paraît-il). En d’autres occasions, il nous arrive au contraire de quitter le bureau ou de fermer Zoom en fin de journée avec l’impression que notre mémoire a été instantanément effacée.

Quel que soit le scénario qui se rapproche du vôtre, sachez que n’importe qui peut améliorer la capacité et la vitesse à laquelle son cerveau traite les informations dès lors qu’il utilise les bonnes techniques de mémorisation. Vous gagnerez également en productivité puisque vous ne perdrez plus de temps à rechercher les données dont vous vous souviendrez, comme votre liste de tâches ou d’autres éléments de contexte.

Créer un modèle de liste de tâches hebdomadaire

Qu’est ce qu’un moyen mnémotechnique?

Un moyen mnémotechnique, ou mnémonique, est un outil de mémorisation, tel qu'une abréviation, une liste de mots, une rime ou une image mentale qui aide à se souvenir de quelque chose. Les moyens mnémotechniques sont des techniques d’amélioration de la mémoire très répandues dans le milieu scolaire.

Nous connaissons tous Ornicar (les conjonctions de coordination), les prépositions ou la célèbre phrase permettant de retenir l’ordre des planètes du système solaire ("Me Voici, Toute Magnifique, Je Suis Une Nébuleuse" "Mon Vieux Toutou Médor Joue Sur Un Nuage" reprenant l’initial de Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Uranus et Neptune). Autre phrase mnémotechnique célèbre, celle permettant de se remémorer les écrivains français célèbres: “Perchée sur une racine de jean de la bruyère, une corneille boit l'eau de la fontaine molière”, ou encore cette petite phrase pour retenir la règle du pluriel des mots tels que hibou, chou, genou ou joujou. Le moyen mnémotechnique permet de retenir les informations tout en faisant travailler la mémoire, c’est un allié précieux. Parmi les méthodes de mémorisation les plus répandues figurent le chunking, la méthode des loci ou encore la concaténation.

Comment mémoriser une information en 4 étapes

Avoir une meilleure mémoire ne sert pas uniquement à réciter les conjonctions de coordination, il s’agit surtout d’un atout extrêmement important au travail. Dans le monde des affaires, il est toujours bien vu de ne pas oublier le nom d’une personne rencontrée à une conférence ou de se souvenir des chiffres et des dates pendant une réunion d’équipe.

Mémoriser une information en 4 étapes

Vous avez une mémoire de poisson rouge ? Bonne nouvelle : le cerveau est un « muscle » que l’on peut entraîner grâce aux moyens mnémotechniques. Il mémorise l’information en 4 étapes : attention, encodage, stockage et rappel (ou récupération).

  1. Attention : admettons que vous assistez à une réunion au cours de laquelle un collègue présente une idée marketing. L’information entre dans votre cerveau grâce à des récepteurs sensoriels. Ceux-ci la retiennent pendant quelques secondes le temps que votre cerveau détermine si elle est importante ou non, avant de passer à l’étape suivante.

  2. Encodage : il semblerait que l’idée de votre collègue était plutôt bonne, car votre cerveau est en train de l’encoder. À cette étape, l’information sera déplacée vers la mémoire à court terme ou la mémoire de travail. Si elle finit dans votre mémoire à court terme, vous ne vous en souviendrez que quelques secondes, contre jusqu’à 20 minutes dans la mémoire de travail. C’est idéal pour résoudre un problème de maths ou travailler sur une feuille de calcul, mais pas assez pour vous souvenir de la présentation de votre collègue lors d’un appel avec un client jeudi prochain.

  3. Stockage : le transfert de l’information de votre mémoire à court terme à votre mémoire à long terme est une étape dans laquelle vous jouez un rôle actif. Votre cerveau ne peut pas prendre cette décision pour vous, il faudra ainsi mémoriser l’information avec un moyen mnémotechnique qui fonctionne pour vous. Nous y reviendrons plus tard.

  4. Rappel : la manière dont vous remarquez, encodez et stockez l’information influera sur votre capacité à vous en souvenir par la suite. Plus le temps qui passe entre les deux dernières étapes est long, et plus il devient indispensable de revoir l’information fréquemment pour que cela reste frais dans votre esprit.

Maintenant que nous avons fait le tour du processus de mémorisation, voyons comment votre cerveau peut améliorer ses capacités de mémorisation. Selon son fonctionnement, des techniques de mémorisation verbales ou visuelles pourraient l’y aider.

Comment faciliter la mémorisation: les techniques de mémorisation verbales

Apprenant auditif ou visuel ? Si vous ne le savez pas encore, posez-vous les questions suivantes: préférez-vous lire les instructions plutôt que quelqu’un vous montre comment faire? Mémorisez-vous bien les paroles de chansons ? Êtes-vous doué avec les mots ? Si la réponse est oui, les techniques de mémorisation et les moyens mnémotechniques verbaux sont parfaits pour vous.

Techniques de mémorisation verbales

1. Le « chunking » ou regroupement

Le « chunking » est l’un des moyens mnémotechniques les plus importants. Il s’agit d’une technique de mémorisation qui consiste à regrouper des informations en blocs pour s’en souvenir plus facilement. Prenons l’exemple d’un numéro de téléphone : 0123456789 sera plus complexe à retenir que 012 345 789, c’est-à-dire un découpage par paquet de 3.

Si vous gérez plusieurs projets ou équipes dans des lieux différents, cette technique sera idéale pour vous permettre de tout retenir et de ne plus chercher les informations. Divisez les lieux de travail par région, service, taille de l’équipe ou première lettre (Paris, Poitiers, Pau) : chaque catégorie ne doit pas comprendre plus de 7 objets à mémoriser (chiffre magique), puis essayez de mémoriser le nombre d’objets dans chaque catégorie. Vous verrez que cela vous facilite grandement la tâche !

2. Moyens mnémotechniques littéraires et allitérations

À l’instar du « chunking », les moyens mnémotechniques littéraires sont un excellent outil de mémorisation de listes ou de groupes d’objets. Servez-vous simplement de la première lettre de chaque mot pour en faire un acronyme, qu’il sera plus aisé de retenir. Connaissez-vous les objectifs SMART ? C’est là un parfait exemple d’acronyme qui permet de se souvenir efficacement des idées clés du concept (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporellement défini). Si vous travaillez dans le domaine des ressources humaines, de la logistique ou de la comptabilité, les acronymes sont légion ! Retenir leur signification avec ce moyen mnémotechnique vous rendra service.

Si vous n’arrivez pas à inventer d’acronyme, essayez avec un acrostiche ! C’est un moyen mnémotechnique plus ou moins identique, mais au lieu d’attribuer un mot à chaque lettre, rédigez plutôt un petit texte comme ceci :

  • Avec vous, en toutes circonstances

  • Servez-vous-en pour vos projets, petits et grands

  • Automatisez votre routine de travail

  • Non seulement vos listes de tâches, mais

  • Aussi l’ensemble de vos processus de projet

Les allitérations sont un bon moyen mnémotechnique pour vous souvenir de certaines informations, dont les noms. Par exemple, vous serez plus à même de vous remémorer votre nouvelle collègue avec une allitération comme « Sandrine se sent superbe » à laquelle vous aurez pensé après l’avoir rencontrée pour la première fois.

3. Un bon moyen mnémotechnique: la chanson

Imaginez que vous êtes dans la voiture sur le chemin du retour et qu’une chanson que vous n’avez pas entendue depuis des années se met à jouer à la radio. Vous augmentez le son, puis chantez sans vous tromper sur un seul mot. Si vous vous reconnaissez dans cette situation, réjouissez-vous : votre mémoire à long terme retient bien la musique !

Les paroles et les mélodies peuvent donc vous permettre de mémoriser facilement des informations. Tirez-en avantage et inventez des airs entraînant dans votre tête pour transformer des informations ennuyeuses ou compliquées en chansons amusantes.

Ce moyen mnémotechnique se révèle utile pour mémoriser les chiffres de votre entreprise pour une réunion. Néanmoins, n’allez pas jusqu’à pousser la chansonnette en public.

4. Les rimes

Les rimes sont une des techniques de mémorisation les plus faciles à maîtriser. Pensez aux comptines, par exemple. Elles sont si simples que même les enfants parviennent à les retenir. Il en va de même pour vous : si vous souhaitez vous rappeler le nom d’une personne que vous avez rencontrée lors d’un événement de networking (ex. : Johanna d’Asana) ou associer un produit à une gamme, une petite rime suffira à vous donner un coup de pouce.

Vous n’aurez pas toujours l’occasion d’en faire, mais profitez-en quand vous le pouvez. Ce moyen mnémotechnique vous sera d’une grande aide.

5. Moyen mnémotechnique: la construction

Comme son nom l’indique, ce moyen mnémotechnique consiste à construire des associations et des connexions sur des éléments que vous connaissez déjà, afin d’élargir vos connaissances et votre expertise dans un domaine. Le secret ? Ne mémorisez pas bêtement les informations, apprenez-les et reliez-les plutôt à votre réseau de logique.

Admettons que vous soyez un responsable de recrutement. Dans le cadre de ce travail, vous êtes amené à retenir et réciter des informations à propos de votre entreprise. Vous pouvez tout à fait vous créer un aide-mémoire avec les dates et chiffres clés à présenter au cours de chaque entretien, mais ce moment paraîtra beaucoup plus naturel pour vous et votre candidat si vous parvenez à vous en souvenir de tête et à en parler plus librement.

6. La répétition, autre moyen mnémotechnique

La répétition des informations en boucle (ou l’apprentissage par cœur) est une technique aussi fastidieuse qu’inefficace, car vous avez besoin de laisser du temps à votre cerveau d’encoder et de stocker les informations. Il faut donc plutôt passer à la répétition espacée.

Pierce Howard, psychologue et auteur du livre « The Owner’s Manual for the Brain », suggère que le travail nécessitant de mobiliser les capacités de notre cerveau devraient être « espacées pour permettre aux nouvelles connexions neuronales de se consolider ».

La prochaine fois que vous assistez à un webinaire, prenez note des éléments à retenir. Ensuite, laissez-vous du temps et travaillez sur d’autres tâches avant de les relire. En répétant cette routine (apprentissage/travail/repos), vous serez plus à même de mémoriser les informations que vous souhaitez, car votre cerveau aura eu le temps de les encoder et de les stocker entre deux séances d’apprentissage.

Quelles sont les techniques de mémorisation visuelles?

Les techniques de mémorisation verbales ne sont pas faites pour vous ? C’est probablement parce que vous êtes un apprenant visuel : débordant d’imagination, vos pensées se manifestent souvent sous forme d’images mentales. Voici quelques moyens mnémotechniques qui s’appuient sur la visualisation :

Techniques de mémorisation visuelles

7. L’association

Idéale pour les esprits créatifs, la technique d’association permet de mémoriser une longue liste d’informations. Elle est nommée ainsi en référence à son fonctionnement : vous associez une image mentale à une autre, et ainsi de suite, pour créer une histoire qui vous aidera à tout retenir. Son grand avantage ? Vous n’aurez qu’à vous souvenir de la première information et le reste viendra tout seul grâce aux liens établis.

N’oubliez pas que plus vous exagérez l’histoire et mieux vous vous en souviendrez. L’acteur Barry Reitman nous livre un bon exemple d’utilisation de la technique d’association en vidéo pour mémoriser une liste de tâches.

8. Les fiches

Écrire sur une fiche peut contribuer à une meilleure visualisation. Couleurs, ajout de titre ou de sous-titres… Tous les moyens sont bons pour la rendre mémorisable. Avec ce moyen mnémotechnique, les informations sont réparties de manière plus digeste pour faciliter leur mémorisation.

Les fiches sont des outils qui peuvent compléter la répétition espacée. Il est préférable de privilégier l’apprentissage fréquent de choses difficiles ou nouvelles plutôt que de se complaire dans la facilité, afin de combler nos lacunes. Et si vous n’aimez pas écrire sur des fiches en papier, essayez une application comme Brainscape qui propose des fiches virtuelles.

Les fiches sont aussi vos alliées lorsque vous préparez une présentation ou un discours et peuvent vous servir de filet de sécurité. Elles tiennent discrètement dans votre main, il suffit seulement d’y jeter un bref coup d’œil en cas d’oubli.

9. Les cartes heuristiques

Les cartes heuristiques sont de merveilleux moyens mnémotechniques. Elles servent non seulement à mettre les idées de chacun des membres de votre équipe en commun, mais vous aident également à visualiser des informations dont vous devrez vous souvenir plus tard.

Vous pouvez vous servir d’un modèle de brainstorming ou créer votre carte heuristique sur un support physique tel qu’un tableau ou une feuille de papier. Les informations étant organisées par sections, l’utilisation de couleurs est recommandée pour gagner en structure et favoriser la mémorisation. La technique d’association peut aussi s’avérer pertinente dans ce cadre, afin de garder à l’esprit la connexion entre les idées.

10. La méthode des loci

Vous avez peut-être eu l’occasion de voir l’acteur Benedict Cumberbatch user de ce moyen mnémotechnique dans le rôle de Sherlock Holmes. Dans la série éponyme de la BBC, il appelle cela son palais mental, et tout est fait pour nous laisser croire que cette méthode n’est à la portée de personne, excepté des détectives prodiges.

Heureusement, la méthode des loci ou du palais de la mémoire, est bien plus accessible que ce qui nous est montré. Elle est très efficace pour retenir des visages, des listes ou des chiffres, avec un fonctionnement similaire à la technique de l’association : il s’agit d’établir des liens entre les informations.

Pensez à un endroit que vous connaissez comme votre poche : votre chambre ou votre cuisine, par exemple. Ensuite, visualisez une série d’objets ou d’emplacements dans cet espace, au cours de votre routine du soir, avant d’aller dormir ou quand vous prenez votre café le matin. Enfin, associez chaque information à retenir à chaque objet ou emplacement. Lorsque vous souhaitez vous en souvenir, il suffit de visualiser l’espace correspondant (accéder au palais de la mémoire) pour récupérer ce qu’il vous faut.

Plus vous utiliserez la méthode des loci et plus il sera facile d’agrandir votre palais de la mémoire. Un jour, vous finirez peut-être même par y faire rentrer toute votre maison pour stocker et retirer des informations.

Comment faciliter la mémorisation?

Heureusement pour vous, le cerveau est comme un muscle et la mémorisation est une compétence qui s’apprend. Tout le monde est capable d’améliorer sa mémoire avec du temps et de l’entraînement.

Améliorer sa mémoire

Tout comme vous entretenez votre corps en faisant de l’exercice, vous devez donner à votre cerveau la force dont il a besoin pour être performant. Dormir correctement, faire de l’exercice régulièrement et suivre un régime alimentaire sain sont autant d’aspects importants pour un cerveau en forme et en bonne santé. La santé est une question d’équilibre, comme c’est d’ailleurs le cas pour le triangle d’or de la gestion de projet. Faire des pauses est également indispensable pour laisser le temps à votre cerveau d’encoder et de stocker l’ensemble des informations.

Comment se décharger des informations superflues ?

Bien qu’il soit possible d’améliorer votre mémoire avec le temps en l’entraînant avec des moyens mnémotechniques, personne n’est capable de se souvenir de tout, tout le temps. Plutôt que de surcharger votre mémoire, vous pouvez transférer les informations superflues à l’aide des bons outils numériques.

  • Les logiciels de listes de tâches se chargent du suivi de toutes vos tâches à votre place et vous permettent de les hiérarchiser par ordre de priorité, de les associer à des documents importants, ainsi que de les partager avec les membres de votre équipe. Mieux encore : vous pouvez configurer des rappels pour les tâches à venir et ne rien rater.

  • Si la collaboration est primordiale au sein de votre équipe et que vous vous attribuez respectivement des tâches, un logiciel de gestion de tâches peut vous aider à suivre non seulement vos tâches, mais aussi celles des autres. Vous aurez beau savoir ce que vous devez faire, il reste indispensable d’avoir un endroit où garder le contact avec vos collègues et les informer, ainsi que pour déléguer ou suivre des tâches. Cette structure contribuera au respect des échéances et à l’accomplissement de vos objectifs.

Faisons marcher notre mémoire

À mesure que vous avancerez dans votre carrière, vous constaterez qu’une mémoire et un esprit agiles constituent de précieux atouts. En plus d’augmenter votre productivité en vous évitant de multiples recherches, une meilleure mémoire améliorera votre capacité de travail, vos relations avec les autres et même votre style de leadership. Continuez donc à faire travailler votre cerveau, et en ce qui concerne ce que vous ne retenez pas, utilisez les bons outils. Notre logiciel de planification de projet vous aidera à stocker toutes les informations en trop !

Gagner en productivité avec Asana

Ressources associées

Article

Comment faire un planning à la semaine ? Méthode et outils