Qu’est-ce la méthode MoSCoW ? Définition, méthode et outils

Lydia Rajteric headshotLydia Rajteric17 novembre 20226 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
Qu’est-ce la méthode MoSCoW ?
Modèles

Résumé

La méthode MoSCoW est une technique de priorisation utilisée par les Chefs de projet pour travailler plus intelligemment. Dans ce guide, nous allons expliquer ce qu’est exactement la méthode MoSCoW, comment elle fonctionne, et nous vous fournirons quelques exemples que vous pouvez utiliser pour éclairer votre propre analyse.

En général, la routine quotidienne comprend un grand nombre de tâches. Dans l’idéal, vous aurez suffisamment de temps et d’énergie pour les accomplir toutes, mais il se peut que le nombre de tâches soit immense et que les ressources disponibles ne soient pas en abondance. C’est là qu’intervient la hiérarchisation des priorités.

Ce terme désigne un processus visant à filtrer ce que vous avez à faire par ordre d’importance ou de pertinence. Par exemple, si vous construisez une maison, il est peu probable que vous commenciez par le toit ou les murs avant d’avoir terminé les fondations.

MoSCoW, également connue sous le nom de méthode MoSCoW ou analyse MoSCoW, est une technique de priorisation populaire dans la gestion de projet. 

Quelle est l’origine de la méthode MoSCoW ?

Pour comprendre l’essentiel de la méthode MoSCoW, il faut se pencher sur son origine - la méthode de développement de systèmes dynamiques (DSDM). Il s’agit d’un cadre de gestion de projet Agile conçu dans le but d’améliorer la qualité des processus de développement rapide d’applications (RAD). L’une des caractéristiques des projets DSDM est la détermination stricte de la qualité, des coûts et des délais à un stade précoce. Dans cette optique, toutes les tâches du projet doivent être réparties par importance.

La nécessité de gérer les priorités a déclenché l’invention d’un mécanisme de priorisation spécialisé que l’on doit à Dai Clegg, expert en développement logiciel et consultant chez Oracle. Il a conçu ce cadre pour aider son équipe à hiérarchiser les tâches selon leur degré de criticité.

En priorisant les tâches dans n’importe quel projet limité dans le temps, MoSCoW facilite la prise de décision. Sa popularité est similaire à celle de la matrice d’Eisenhower, elle aussi utilisée en gestion de projet.

Comment fonctionne la priorisation MoSCoW ?

Avant d’effectuer une analyse MoSCoW, quelques éléments doivent être réunis. Tout d’abord, les parties prenantes du projet et l’équipe produit doivent s’accorder sur les objectifs et les facteurs de priorisation des tâches. Ensuite, tous les participants doivent se mettre d’accord sur les initiatives à prioriser.

À ce stade, votre équipe doit également discuter de la manière dont elle réglera les éventuels désaccords dans la définition de l’ordre de priorité. Si vous pouvez établir comment résoudre les différends avant qu’ils ne surviennent, vous pouvez empêcher ces désaccords de freiner les progrès.

Enfin, vous devrez également parvenir à un consensus sur le pourcentage de ressources que vous souhaitez allouer à chaque catégorie.

Une fois ce travail de base effectué, vous pouvez commencer à déterminer quelle catégorie est la plus appropriée pour chaque initiative.

Mais, tout d’abord, décomposons davantage chaque catégorie selon la technique MoSCoW.

Quelles sont les catégories MoSCoW ?

MoSCoW est un acronyme (en réalité, seuls MSCW désignent une catégorie spécifique, les « o » étant utilisés pour faciliter la prononciation). Voici ce que signifie l’acronyme MoSCoW. 

M : Must have this

Les « must » sont définis comme des initiatives qui sont essentielles à la réussite du projet. Ils sont généralement non négociables et peuvent être utilisés pour décrire des fonctionnalités ou des solutions spécifiques qui doivent être mises en œuvre.

S : Should have this if at all possible

Bien que les initiatives « Should have » ne soient pas essentielles à un produit ou à un projet, elles peuvent apporter une vraie valeur ajoutée. Une initiative « Should Have » est différente d’une initiative « Must Have », ce qui signifie qu’elle peut être programmée pour une version ultérieure.

C : Could have this if it does not affect anything else

Les « Could have » sont des initiatives qui ne sont pas nécessaires au cœur d’un produit. Les projets qui sont placés dans cette catégorie sont souvent les premiers à être dépriorisés lorsqu’un autre projet prend plus de temps que prévu.

W : Won't have this time but would like in the future

La méthode MoSCoW place plusieurs initiatives dans une catégorie « Will not have ». Cette méthode vous permet de gérer les attentes concernant ce qui ne sera pas inclus dans une version ou un autre calendrier.

Le fait de placer des initiatives dans la catégorie « Will not have » peut aider à prévenir la dérive du projet. Cette catégorie montre à l’équipe que le projet n’est pas une priorité à ce moment précis.

 

Comment effectuer une analyse MoSCoW?

Tout semble simple en théorie, mais l’est-il en pratique ? Voyons mettre en place une analyse MoSCoW concrètement.

Réunissez-vous et listez toutes les tâches à hiérarchiser

Commencez par réunir les acteurs clés du projet. Il est essentiel que les parties prenantes soient présentes afin que les choix soient validés par tous à l’issue de la réunion. Listez ensuite tous les points clés dont il faudra débattre. L’objectif est de faire une liste la plus détaillée possible de toutes les activités et initiatives à hiérarchiser. 

Vous pouvez le faire à l’aide d’un tableur Excel, d’un tableau blanc ou d’une liste des tâches en ligne. Cette dernière option est la plus pratique puisqu’elle est modifiable à l’infinie et elle sera enregistrée et accessible en ligne.

Créer un modèle de liste de tâches hebdomadaire

Affectez une catégorie MoSCoW à chaque item

Étudiez les différentes tâches et qualifiez-les selon leur niveau de criticité : Must Have, Should Have, Could Have ou Won't Have. Comme lors de la création d’une carte mentale, n’hésitez pas à utiliser des couleurs pour distinguer les catégories. 

Ce travail se fait à l’issue d’un brainstorming collectif au cours duquel vous aurez pris soin de recueillir l’avis de chaque participant.

Aidez-vous d’un tableau Kanban pour hiérarchiser chacune des tâches de votre to do list. Créez simplement une colonne « Must Have », une colonne « Should Have », une colonne « Could Have » et une colonne « Won’t Have » et classez les éléments au fur et à mesure des discussions. Attribuez à chacun un code couleur en fonction de leur degré d’importance.

Validez la hiérarchisation

Une fois que tout le monde a exprimé son point de vue, faites le point et rassemblez toutes les initiatives dans la catégorie choisie. Il faut à présent voir si la charge est conforme aux objectifs et contraintes du projet. Pour cela, mieux vaut garder la tête froide et ne pas succomber à l’envie de tout ranger dans la catégorie « Must Have ».

Rappelez-vous, MoSCoW est une méthode agile, c’est-à-dire qu’elle permet de définir un ensemble de fonctionnalités de base, qui ont la priorité absolue et souligne que vous ne devez rien abandonner. L’équilibre sain entre les éléments indispensables et les éléments souhaitables représente 50 % de l’ensemble du projet.

Toutes (ou presque toutes) les tâches seront mises en œuvre ultérieurement, mais dans l’ordre de leur importance pour votre objectif. 

[Vue Tableau] Tableau Kanban de demandes de création sur Asana

Quels sont les avantages de la méthode MoSCoW ?

Voici quelques-uns des avantages de la méthode de priorisation MoSCoW : 

Flexibilité lors de la hiérarchisation des tâches : La méthode MoSCoW fait la distinction entre les fonctionnalités « indispensables » et celles qui ne le sont pas. Grâce à cela, vous pouvez donner la priorité aux fonctionnalités urgentes et nécessaires pour construire le produit. Vous pouvez ensuite mettre ces dernières de côté pendant un certain temps au profit de celles qui sont moins prioritaires. 

Transparence pendant la période de développement : La méthode MoSCoW permet à tous les acteurs clés impliqués dans le développement d’un produit de se concentrer sur une seule liste de priorités. C’est essentiel, car tout le monde comprend chaque élément « indispensable ». 

Avec ce niveau de transparence, les développeurs réalisent rapidement quels éléments inclure dans chaque sprint ou itération.

Division des ressources : Un autre avantage de la méthode MoSCoW est une division claire de l’allocation des ressources pendant le projet. Le fait d’avoir des « Must Have » séparés des « Should Have » et des « « Could Have » permet à votre équipe d’affecter clairement des ressources aux fonctionnalités qui sont des ajouts indispensables et d’affecter des ressources aux autres fonctionnalités possibles après les avoir déléguées aux sections indispensables. Cette répartition des ressources est essentielle lors de la gestion d’un projet complexe et aide l’ensemble de l’équipe à comprendre ses attentes et à répartir son temps.

Comment la méthode MoSCoW est-elle utilisée dans la gestion de projet ?

Bien que Dai Clegg ait développé cette approche pour aider à prioriser les tâches en fonction du temps limité de son équipe, la méthode MoSCoW fonctionne également lorsqu’une équipe est confrontée à des limitations autres que le temps. 

Par exemple : 

Pour hiérarchiser en fonction des contraintes budgétaires.

Que se passe-t-il si le facteur limitatif d’une équipe n’est pas une échéance, mais un budget serré imposé par l’entreprise ? En collaboration avec les chefs de produit, l’équipe peut d’abord utiliser la méthode MoSCoW pour décider des initiatives qui représentent les incontournables et les souhaits. Ensuite, en utilisant le budget du département de développement comme guide, l’équipe peut déterminer les éléments qu’elle peut réaliser. 

Pour établir des priorités en fonction des compétences de l’équipe

Une équipe produit transversale peut également se trouver limitée par l’expérience et l’expertise de ses développeurs. Si la feuille de route du produit prévoit une fonctionnalité que l’équipe ne peut réaliser faute de compétences, ce facteur limitatif jouera dans la notation de ces éléments de l’analyse MoSCoW.

Pour définir des priorités en fonction des besoins concurrents de l’entreprise 

Les équipes interfonctionnelles peuvent également se trouver limitées par d’autres priorités de l’entreprise. Par exemple, l’équipe souhaite avancer dans le lancement d’un nouveau produit, mais le personnel de direction a fixé des délais serrés pour d’autres lancements dans le même laps de temps. Dans ce cas, l’équipe peut utiliser les MoSCoW pour déterminer quels aspects de la version souhaitée sont indispensables et mettre temporairement tout le reste en attente.

Comment entreprendre une analyse MoSCoW avec Asana

Nous sommes tous humains, il est facile de se montrer partial envers certains aspects d'un projet. En identifiant les éléments essentiels, la méthode MoSCoW permet de limiter au maximum cette partialité.

Les chefs de projet peuvent l'utiliser pour obtenir une approche objective et ordonnée de la hiérarchisation des priorités. MoSCoW permet également de concilier les souhaits des parties prenantes tout en tenant compte des contraintes.

En utilisant une plateforme de gestion du travail, vous pourrez suivre les progrès réalisés depuis le lancement jusqu’à l’achèvement du projet. A l’aide d’outils visuels, comme la to do list, les tableaux Kanban, le diagramme de Gantt et bien d’autres, vous pourrez voir en temps réel quelles sont les configurations MoSCoW les plus efficaces pour atteindre vos objectifs.

Centralisation de la planification, visualisation des conflits potentiels et automatisation des tâches sont quelques-uns des autres avantages dont vous pourrez tirer profit dès aujourd'hui avec la plateforme Asana.

Gérer vos équipes Agile avec Asana

Ressources associées

Article

Comprendre les quatre cérémonies Agile