L’essentiel à savoir avant d’adopter un leadership transactionnel

Portrait du contributeur – Julia MartinsJulia Martins16 avril 20219 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
L’essentiel à savoir avant d’adopter un leadership transactionnel - image bannière de l‘article
Essayer Asana

Résumé

Un leader transactionnel donne des directives à son équipe sans détour et la motive via des avantages ou récompenses. Bien qu’utile pour les coups de collier ou les situations d’urgence, ce type de leadership doit être utilisé avec prudence. Poursuivez la lecture pour découvrir les avantages et inconvénients du leadership transactionnel, les cas dans lesquels y recourir et les autres styles de leadership à tester.

Le leadership est un terme cher à Asana, objet de bon nombre de discussions. En tant que leader, il est de votre responsabilité d’inspirer, de motiver et d’encourager votre équipe. Votre objectif est de donner à vos collaborateurs les ressources et la structure dont ils ont besoin pour réussir et donner le meilleur d’eux-mêmes. Pourtant, selon notre étude intitulée L’Anatomie du travail, seuls 15 % des travailleurs de la connaissance se sentent écoutés par leur entreprise. De nombreux dirigeants entament un dialogue avec leur équipe, mais ont bien du mal à le faire avancer ou concrétiser les idées proposées. Si vous ne prenez pas les mesures nécessaires au moment opportun, votre équipe peut se sentir perdue et être davantage exposée au stress, voire au surmenage.

Il n’y a pas qu’une seule bonne façon de diriger et les meilleurs leaders sont ceux capables d’appliquer plusieurs styles de leadership. Le leadership transactionnel en est un, et utilisé consciemment, il peut aider les membres de votre équipe à briller sur certaines tâches ou dans des situations particulières. Cet article vous aidera à mieux comprendre ce que l’on entend par leadership transactionnel et tout ce qu’il faut savoir à son sujet : quand l’utiliser, et dans quels cas l’éviter et lui préférer d’autres styles de leadership.

La vision du leadership chez Asana

Dans l’environnement de travail moderne, tout se bouscule, sans jamais sembler s’arrêter. Chaque jour, nous perdons en clarté et nous éparpillons, occupés à remettre de l’ordre dans des priorités trop floues, à effectuer des activités redondantes ou à nous consacrer au « work about work » (c’est-à-dire organiser nos activités). Ce manque de clarté et le stress ainsi générés peuvent conduire au surmenage : en 2020, sept personnes sur dix ont connu au moins un épisode de burnout. En outre, les travailleurs de la connaissance du monde entier éprouvent des difficultés à se concentrer sur les bonnes tâches et à les accomplir à temps. Même si les employés travaillent près de deux heures de plus par jour qu’en 2019, 26 % des échéances sont manquées chaque semaine.

En tant que leader, vous avez les moyens de guider votre équipe dans la bonne direction. Aider chacun à faire le lien entre ses objectifs quotidiens et ceux de l’équipe ou de l’entreprise constitue l’une de vos missions clés. Si votre équipe est consciente de la façon dont son travail s’inscrit dans la mission ou la vision de l’entreprise, même de façon modeste, elle peut hiérarchiser ses tâches plus aisément et accomplir un travail à haute valeur ajoutée.

Tout comme la construction de votre style de management, le développement de vos aptitudes à diriger est un processus continu. Pour bien commencer, voici cinq principes clés en matière de leadership à mettre en pratique sans attendre :

  • Déléguer le travail. Ne pas déléguer suffisamment n’est bon pour personne : ni vous ni certains individus qui pourraient avoir l’opportunité d’obtenir plus d’autonomie et de développer ainsi leurs compétences.

  • Partir du principe que chaque individu est un partenaire, et non un ennemi.

  • Reconnaître que vous êtes d’accord avec certains collaborateurs. Ce n’est pas si rare, au contraire, et lorsque vous êtes en désaccord avec un collègue, il s’agit probablement d’une différence de point de vue et non d’un véritable conflit.

  • Ne pas laisser le mieux devenir l’ennemi du bien. Prenez des décisions, même si vous n’êtes pas certain qu’elles soient les plus adaptées à l’instant T. Laisser traîner une décision trop longtemps vous fera perdre une énergie précieuse.

  • Faire le point régulièrement avec son équipe. Prenez un peu de recul, échangez tranquillement vos idées. Pas besoin de penser stratégie en tout temps.

[À lire] Dustin Moskovitz partage ses leçons de leadership

Comment définir le leadership transactionnel et dans quels cas y recourir ?

Le leadership transactionnel est un style de leadership qui met l’accent sur trois éléments : ordre, structure et planification axée sur les objectifs. Un leader transactionnel donnera ses directives à son équipe sans détour. Par conséquent, ce type de leadership a tendance à s’appuyer sur l’acquis (conserver la situation telle quelle), plutôt qu’à remettre en question l’ordre des choses.

Les dirigeants fonctionnent souvent à partir d’un système de récompenses afin de motiver leur équipe. Le leadership transactionnel doit vous permettre de réussir à éveiller l’intérêt personnel de chacun des membres de l’équipe. Pensez également à les encourager à donner le meilleur d’eux-mêmes et en contrepartie, proposez-leur des avantages ou récompenses. Dans certains cas, il est possible d’associer leadership transactionnel et leadership du laissez-faire (délégatif) : pour ce dernier, le chef d’équipe ne s’occupe de rien jusqu’à ce qu’on vienne le solliciter.

Dans quels cas utiliser le leadership transactionnel ?

Chez Asana, nous avons à cœur d’être honnête (envers soi-même et les autres), et c’est d’ailleurs l’une de nos valeurs clés. Nous allons donc vous le dire en toute franchise : vous devriez limiter la pratique du leadership transactionnel. Les leaders qui y recourent s’appuient sur des sources de motivation extrinsèques et des récompenses attribuées au mérite (c’est-à-dire une rétribution qui dépend du comportement ou de la réussite de l’individu concerné). Ce type de leadership présente néanmoins un avantage : vous motivez vos subordonnés dès le départ en leur promettant des choses qui, la plupart du temps, comptent pour eux (par exemple de l’argent ou votre reconnaissance). L’inconvénient, c’est que les membres de l’équipe tendent plutôt à se concentrer sur l’atteinte d’objectifs à court terme pour obtenir ces récompenses.

Par conséquent, le leadership transactionnel peut s’avérer pertinent pour gérer des situations où il est nécessaire de mobiliser toute l’attention de l’équipe ou dans les situations d’urgence. Le leader transactionnel est seul décideur, ce qui constitue un avantage lorsque votre équipe doit remplir un objectif dans un délai serré. Toutefois, veillez à tempérer ce côté directif en recourant à d’autres types de leadership qui reconnaissent davantage les performances globales des employés. Vous favoriserez ainsi un environnement de travail ouvert et collaboratif.

Leadership transactionnel : pour quelles équipes ?

  • Les équipes commerciales qui fonctionnent avec un système de commissions utilisent une forme de leadership transactionnel. Lorsqu’un membre d’équipe atteint son quota, il reçoit une récompense. À l’inverse, des mesures correctives peuvent être prises s’il n’atteint pas ses objectifs pour le trimestre.

  • Les équipes sportives utilisent souvent une forme de leadership transactionnel pour convaincre les sportifs d’accomplir certaines actions sans trop rechigner, s’entraîner par exemple. L’avantage, c’est qu’un individu bien préparé a beaucoup plus de chance d’obtenir satisfaction, en l’occurrence réaliser de bonnes performances en compétition.

  • Les équipes de crise ou d’urgence peuvent tirer parti du leadership transactionnel dans les situations où chacun doit se serrer les coudes et atteindre rapidement un objectif à court terme. Cette forme de leadership managérial fonctionne mieux pour les équipes qui doivent résoudre un problème, sans perdre trop de temps à réfléchir aux solutions possibles.

[À lire] Plan de gestion de crise : présentation et guide de création en 6 étapes

Avantages et inconvénients du leadership transactionnel

Avez-vous réellement besoin de recourir au leadership transactionnel ? Ce dernier présente, comme tout autre style, des avantages et des inconvénients. Voici quelques raisons de miser sur le leadership transactionnel (avec parcimonie) et plusieurs situations où il vaut mieux l’oublier.

Avantage : les équipes se concentrent sur les objectifs

Les leaders transactionnels poursuivent des objectifs précis (généralement à court terme), et les équipes qu’ils dirigent ont donc tendance à se focaliser fortement sur ces derniers. Grâce à cette transparence et cette vision à court terme, les membres d’équipe savent quelles sont les priorités à traiter pour atteindre leurs objectifs.

Sur de courtes périodes répétées, ce niveau de transparence peut aider les membres de votre équipe à se concentrer sur des tâches particulières. Nos recherches ont montré que 29 % des employés qui ont connu un épisode de burnout en 2020 déclarent se sentir surchargés en raison d’un manque de clarté sur les tâches et les rôles. Fixez à votre équipe des objectifs clairs et dites-lui quoi faire en vous appuyant sur le leadership transactionnel : vous lèverez ainsi ses doutes et l’aiderez à se concentrer sur les vraies priorités. Par exemple, un leader transactionnel peut se fixer comme objectif de publier un certain nombre d’articles dans le mois ou d’entrer en contact avec un certain nombre de clients dans la semaine.

[À lire] Quatre manières de gérer des délais serrés et des priorités en constante évolution

Inconvénient : des objectifs souvent définis à court terme

Lorsque vous optez pour un leadership transactionnel, vous devez communiquer des objectifs clairs que votre équipe doit atteindre. Toutefois, si vous souhaitez qu’ils soient réalistes, il vous faudra fixer ces objectifs à court terme.

C’est la raison pour laquelle vous ne devez pas vous cantonner à un seul type de leadership, mais bien tester plusieurs styles, selon le contexte. Le leadership transactionnel permet à votre équipe de penser à court terme, mais vous devez également aider cette dernière à se projeter sur le long terme. Vous positionner non seulement en tant que leader, mais aussi en tant que coach est une très bonne option. Si vous choisissez d’accompagner les membres de votre équipe en qualité de manager, mais aussi de coach, votre équipe réussira plus facilement à se fixer des objectifs concrets à long terme. Pour en savoir plus à ce sujet et encourager votre équipe à développer ses compétences, consultez notre article intitulé « Coacher des collègues : l’une des principales responsabilités des meilleurs leaders ».

Avantage : une source de motivation et de productivité

En fonction de l’équipe et de l’implication des membres, le leadership transactionnel peut permettre d’accroître la motivation du groupe (si les individus savent qu’une récompense les attend une fois leurs objectifs à court terme atteints). Il s’agit d’une méthode fréquemment utilisée dans les équipes commerciales ; on parle alors de commissions. Par exemple, une équipe commerciale peut offrir une petite somme d’argent au membre de l’équipe qui a pris le plus de rendez-vous téléphoniques au cours d’un cycle de vente.

Inconvénient : ce n’est pas une source de motivation universelle

Le leadership transactionnel peut motiver certains membres de l’équipe, mais pas tous. Certains restent de marbre face aux récompenses ou avantages. En outre, même lorsque les membres de l’équipe sont motivés, le modèle de leadership transactionnel ne les encourage pas à se dépasser ou à se montrer créatifs.

Il est donc essentiel de ne pas vous reposer exclusivement sur ce modèle et éviter de mettre en œuvre ce style de leadership de manière systématique. Veillez à ce que votre équipe se sente motivée et soutenue, et donnez-lui l’occasion d’être créative, au moins sur certains projets. Il s’agit d’un facteur essentiel pour motiver les individus à donner le meilleur d’eux-mêmes : d’après nos recherches, 44 % des employés affirment qu’accomplir des tâches agréables et motivantes est le facteur principal qui les inciterait à se dépasser en 2021.

Avantage : vous évaluez facilement le succès de vos initiatives

En tant que leader, si vous fixez un objectif à court terme, vous devez également l’accompagner de directives claires : quand l’objectif doit être atteint, les risques ou dépendances qui pourraient avoir des répercussions sur cet objectif, les jalons à respecter pendant l’exécution du projet, etc.

Fournir toutes ces informations détaillées dès le départ peut s’avérer particulièrement utile pour les équipes qui n’ont pas toujours des objectifs clairs en tête. Si chacun sait précisément quels sont les objectifs visés et comment les atteindre, il devient bien plus simple d’évaluer le succès et l’efficacité de leur initiative le moment venu.

Inconvénient : ne favorise pas la créativité ni l’innovation

Ce type de leadership a tendance à s’appuyer sur l’acquis (conserver la situation telle quelle), plutôt qu’à remettre en question l’ordre des choses. Le leadership transactionnel repose sur un ensemble de directives claires et peut se révéler inefficace au sein d’équipes créatives. Si les membres de votre équipe savent que vous identifiez et définissez leurs objectifs à court terme, et qu’ils doivent suivre vos instructions, ils seront sans doute moins disposés à se lancer dans des phases d’itération ou à sortir des sentiers battus.

Pour lutter contre ce phénomène, assurez-vous de créer un environnement de travail convivial qui privilégie la diversité des modes de pensée. Encouragez les membres de votre équipe à développer leur capacité à travailler en équipe et à bien collaborer, mais incitez-les également à établir et maintenir des relations interfonctionnelles au sein de l’entreprise.

[À lire] Mieux collaborer en équipe en 10 étapes simples

Qu’en est-il du leadership transformationnel ?

Un leader transformationnel développe et concrétise une idée en collaboration avec son équipe. Pas de prise de décision centralisée ici : le leader accorde la priorité à l’autonomie de l’équipe et s’appuie sur l’autorité de ses subordonnés directs.

Les styles transactionnel et transformationnel sont souvent comparés. Nous pensons que cela crée un faux compromis, car cette comparaison implique que vous ne pouvez opter que pour l’un ou l’autre. Or, vous pouvez tirer des enseignements de chacun de ces types de leadership.

Dans quels cas utiliser le leadership transformationnel ?

Les leaders transformationnels sont sans cesse tournés vers l’avenir, car leur objectif est de sortir des sentiers battus et de concrétiser de nouvelles idées au sein de leur entreprise. Ces leaders suscitent l’engagement chez les autres membres d’équipe et ont tendance à s’appuyer sur leur charisme pour soutenir, encourager et motiver leurs subordonnés.

Ce type de leaders s’apparente souvent à une figure de proue : certains disent parfois que les leaders transformationnels ne gèrent plus des membres d’équipe ou des employés, mais qu’ils ont des « suiveurs » (des fans en quelque sorte). En effet, ces leaders deviennent souvent de véritables modèles pour leurs subordonnés directs. Cette approche a elle aussi ses avantages et inconvénients. Le leadership transformationnel place la prise de décision entre les mains de l’équipe, abandonnant l’idée d’une prise de décision centralisée. Pourtant, une étude publiée dans le Journal of Applied Psychology a montré que les employés n’étaient pas pour autant plus satisfaits et que les performances professionnelles de ces derniers étaient moins éclatantes que celles des équipes dirigées par un leader transactionnel.

Quel style de leadership adopter ?

Les meilleurs leaders varient leurs styles de leadership en fonction de la situation, de leurs employés et des besoins particuliers d’un projet. Chaque membre d’équipe est unique et réagira donc différemment selon la situation ou le style de leadership adopté. En tant que leader, la meilleure chose que vous puissiez faire est d’identifier les principales sources de motivation de chacun de vos collaborateurs et de vous y appuyer pour soutenir votre équipe.

Essayez toutefois d’utiliser le leadership transactionnel avec parcimonie : il a tendance à étouffer la créativité des équipes et à leur laisser moins de libertés, contrairement à d’autres styles comme le leadership transformationnel. Toutefois, le leadership transactionnel peut apporter la transparence nécessaire à vos subordonnés et leur permettre de se concentrer sur les objectifs. Mettre en œuvre une telle approche de manière structurée vous aidera à assurer la réussite de votre équipe.

Envie d’en savoir plus ? Consultez notre article dédié au leadership situationnel.

Ressources associées

Article

19 biais inconscients à surmonter pour davantage d’inclusion