User stories : trois exemples de récits utilisateurs pour répondre aux attentes des clients

Image du contributeur – Équipe AsanaTeam Asana21 janvier 20227 min de lecture
facebooktwitterlinkedin
User stories : trois exemples de récits utilisateurs pour répondre aux attentes des clients - Image bannière de l’article
Essayer Asana

 

Résumé

Un récit utilisateur, ou « user story » en anglais, est une phrase simple décrivant une fonctionnalité logicielle, rédigée du point de vue de l’utilisateur final. En général, les user stories suivent le format « En tant que [profil client], je souhaite [objectif du logiciel] afin de [résultat] ». Découvrez comment rédiger des récits efficaces afin de traduire avec exactitude la valeur ajoutée que vos fonctionnalités logicielles apporteront aux utilisateurs.

En venant étoffer les fonctionnalités de votre produit, les mises à jour logicielles jouent un rôle clé dans l’augmentation de la valeur utilisateur.

Un récit utilisateur ou « user story » est une phrase servant à expliquer une fonctionnalité logicielle, rédigée du point de vue de l’utilisateur final. Il aide les équipes Agile à comprendre ce que veulent les utilisateurs, leur permettant ainsi de mettre au point les fonctionnalités les plus pertinentes.

Dans cet article, nous avons regroupé des informations clés sur la rédaction de user stories efficaces. Vous y découvrirez comment répondre au mieux aux attentes des utilisateurs finaux en vous concentrant sur leur expérience.

User story : définition

Un récit utilisateur ou user story est une phrase simple décrivant une fonctionnalité logicielle, écrite du point de vue de l’utilisateur final. Rédigée dans un langage non technique, elle offre du contexte à l’équipe de développement.

Elle s’appuie sur le format suivant : « En tant que [profil client], je souhaite [objectif du logiciel] afin de [résultat] ».

User story : définition

L’objectif des récits utilisateurs ou user stories est de représenter avec précision la valeur ajoutée qu’une fonctionnalité apporte à l’utilisateur final. Autrement dit, quelle est l’incidence de la fonctionnalité logicielle sur ce dernier ?

Un utilisateur final (ou client) n’est pas forcément externe. Il peut très bien s’agir d’un client interne ou d’un membre d’équipe à qui cette fonctionnalité servira. Le profil de votre utilisateur final dépendra à terme de l’objectif de la fonctionnalité logicielle que vous cherchez à créer.

Les user stories constituent un élément clé de l’approche Agile. Même si vous pouvez tout à fait les écrire sur des notes autocollantes ou des fiches cartonnées, l’idéal est de les créer et de les suivre dans un logiciel de gestion de projet. Les meilleurs logiciels de gestion de projet vous permettent de modifier et suivre vos récits utilisateurs en temps réel afin que votre équipe sache exactement comment répondre au mieux aux attentes des clients finaux. Puisqu’elles vous aident à vous focaliser sur l’utilisateur final, les user stories suivent parfaitement le principe Agile consistant à placer l’humain au cœur du projet.

Gérer vos équipes Agile avec Asana

Qui rédige les user stories ?

Le plus souvent, le responsable de produit rédige les user stories en se basant sur des recherches menées auprès des utilisateurs. Il les répertorie ensuite dans une liste (aussi appelée backlog produit) à destination de l’équipe de développement. Techniquement, n’importe qui peut rédiger ce type de récits, mais c’est au chef de produit de veiller à ce qu’ils contiennent toutes les informations dont l’équipe de développement a besoin pour mener à bien ses initiatives.

Ensuite, l’équipe de développement hiérarchise les demandes et décide quelles user stories gérer pendant la réunion de planification de sprint.

Qui utilise les user stories ?

Les récits utilisateurs ou user stories sont utilisés dans le cadre des méthodes Scrum et Kanban.

  • En Scrum, les user stories aident votre équipe à y voir plus clair pendant la planification de sprints.

  • En Kanban, les équipes extraient les user stories de leur backlog et y travaillent pendant le sprint. Les récits utilisateurs offrent aux équipes le contexte et les informations dont elles ont besoin pour gérer leurs tâches et respecter les échéances.

Les user stories sont traitées par les équipes de développement dans le cadre d’un processus ou d’un sprint, avec pour objectif d’accomplir les tâches et d’éviter toute dérive des objectifs. Elles doivent être divisées en plusieurs sprints ou epics si besoin. Les epics sont de grosses user stories divisées en plusieurs stories plus petites ; plusieurs epics forment une initiative.

Rédiger une user story efficace

Rédigé en trois étapes, la user story représente le point de vue de l’utilisateur final.

Rédiger une user story efficace

Pour rédiger une user story, vous devez vous intéresser à trois aspects :

  1. Utilisateur type : quelles sont les caractéristiques de l’utilisateur final ?

  2. Besoin : quel est le besoin de l’utilisateur final ?

  3. Objectif : quel est l’objectif de la fonctionnalité logicielle pour l’expérience de l’utilisateur final ?

Votre user story doit contenir ces trois éléments. Vous trouverez ci-dessous une présentation détaillée de chacun d’entre eux, qui vous donnera toutes les informations nécessaires pour rédiger un récit utilisateur efficace.

Étape 1 : identifier l’utilisateur type (persona)

Identifiez le profil de l’utilisateur final en cernant votre public cible. Posez-vous la question suivante : qui sera concerné par cette fonctionnalité logicielle ?

Pour identifier l’utilisateur type, posez-vous également les questions suivantes :

  • Pour qui créons-nous cette fonctionnalité logicielle ?

  • Quel type de fonctionnalité l’utilisateur final veut-il ?

  • Quel sont les profils démographique et psychographique de l’utilisateur final ?

Une seule et même user story peut concerner plusieurs utilisateurs types, en fonction de la taille de votre public cible.

Exemple de profil type d’utilisateur : Katie, chef de projet à la tête d’une équipe de 10 personnes

Étape 2 : décrire le besoin

Décrivez la façon dont l’utilisateur final utilisera votre fonctionnalité logicielle, et à quelles fins. Cette étape est cruciale, puisqu’elle permet à votre équipe de comprendre en premier lieu pourquoi le public cible utiliserait cette fonctionnalité.

Posez-vous les questions suivantes pour analyser au mieux l’intention de votre utilisateur final :

  • Que cherche à accomplir l’utilisateur final ?

  • Comment votre fonctionnalité aidera-t-elle l’utilisateur final à accomplir ses objectifs ?

Plutôt que de vous focaliser sur des fonctionnalités spécifiques, réfléchissez aux attentes de l’utilisateur final et à la façon dont votre logiciel l’aidera à atteindre ses objectifs.

Exemple de besoin : aider les membres d’équipe à comprendre comment les tâches individuelles contribuent aux objectifs commerciaux globaux

Étape 3 : définir l’objectif

Définissez l’objectif de la fonctionnalité en analysant la mise en production du logiciel dans son ensemble. Quel rôle joue cette fonctionnalité sur vos objectifs internes ?

Pour définir l’objectif de la fonctionnalité, posez-vous les questions suivantes :

  • Quels sont les avantages de la fonctionnalité logicielle ?

  • Quel problème cette fonctionnalité vient-elle résoudre ?

  • Comment cette fonctionnalité s’intègre-t-elle aux objectifs généraux ?

L’objectif est ici de définir la valeur ajoutée de votre fonctionnalité logicielle au regard de vos objectifs généraux.

Exemple d’objectif : gagner en efficacité en créant un parcours clair

[À lire] Gestion des mises en production : 5 étapes pour un processus réussi

Exemples de user stories

Nous avons regroupé ci-dessous quelques exemples afin de vous aider à comprendre au mieux l’utilité des récits utilisateurs Agile. Plus vos user stories sont efficaces, plus vous apporterez de valeur ajoutée à l’utilisateur final.

Les trois exemples suivants représentent différents scénarios :

Exemple de user story 1 : développement de produits 

  • En tant que chef de produit, je souhaite que les membres d’équipe puissent comprendre en quoi leurs tâches individuelles contribuent aux objectifs commerciaux globaux afin de booster leur motivation.

Exemple de user story 2 : expérience client 

  • En tant que client récurrent, je souhaite que mes informations soient sauvegardées afin que mon expérience de paiement soit plus fluide.

Exemple de user story 3 : application mobile

  • En tant qu’utilisateur régulier de l’application, je souhaite consulter les informations pertinentes le plus vite possible. 

Dans ces trois exemples, vous constatez qu’il est important de considérer les mises à jour logicielles du point de vue de l’utilisateur final, de façon à ce qu’elles répondent au mieux à ses attentes.

Quelques conseils pour une user story efficace

En plus des trois caractéristiques présentées ci-dessus, votre user story doit respecter la règle des 3C et le modèle INVEST. Elle sera ainsi optimale et favorisera l’efficacité de vos mises à jour logicielles.

Penchons-nous sur ces techniques pour mieux comprendre les critères d’une user story efficace.

Méthode 3C

Les 3C signifient Carte, Conversation, et Confirmation. Cette méthode permet de classer chaque user story en fonction de trois points de référence, de façon à suivre un processus plus organisé. Analysons en détail chacun de ces 3C pour mieux comprendre cette méthode :

  • Carte : les user stories sont écrites sur des cartes, utilisées pour la planification de sprints. Pour créer et diffuser ces cartes, nous vous conseillons d’utiliser un outil de gestion du travail

  • Conversation : il s’agit d’un échange entre les clients, les utilisateurs et les développeurs à propos des solutions potentielles et de la priorité de la user story.

  • Confirmation : les parties prenantes confirment que les objectifs de la user story ont été atteints et que des solutions ont été trouvées.

La méthode des 3C permet de diviser le récit utilisateur en tâches simples, afin de guider le plus clairement possible les parties prenantes impliquées.

Modèle gratuit de planification de sprint

Méthode INVEST

L’acronyme anglais INVEST signifie Independent (indépendant), Negotiable (négociable), Valuable (utile), Estimable, Small (petit) et Testable. Passons en revue ces éléments et voyons en quoi cette méthode peut vous aider à rédiger des user stories plus efficaces :

  • Independent (indépendant) : la user story doit être indépendante. Elle doit être complètement autonome et ne pas dépendre d’autres tâches. 

  • Negotiable (négociable) : la user story doit être négociable et laisser place à la discussion. 

  • Valuable (précieux) : la user story doit apporter une valeur ajoutée à l’utilisateur final et vous rapprocher de vos objectifs à long terme

  • Estimable  : l’équipe de développement doit pouvoir donner une estimation de l’effort requis pour réaliser cette user story, afin d’en définir correctement la priorité et de vérifier qu’elle peut être terminée au cours du sprint. 

  • Small (petit) : une user story doit représenter une petite portion de travail pouvant être accomplie en peu de temps. 

  • Testable : pour une qualité optimale, la user story doit être soumise à des tests d’utilisabilité et répondre à des critères prédéterminés en la matière. 

Suivez la méthode INVEST pour rédiger des user stories spécifiques et atteignables.

L’importance d’une user story précise

La rédaction de récits utilisateurs peut être considérée comme une étape anecdotique dans le développement de produit. Pourtant, ces scénarios favorisent la réussite de vos nouvelles fonctionnalités produit. Une attention particulière aux détails est capitale, car elle vous aidera à répondre au mieux aux besoins des utilisateurs.

L’importance d’une user story précise

La rédaction de récits utilisateurs précis peut vous aider à répondre aux attentes de vos clients en favorisant le respect des critères suivants :

  1. Donner la priorité aux clients : les user stories placent les utilisateurs finaux au cœur de la conversation, ce qui constitue un pilier de la méthode Agile. Votre équipe peut alors gérer les besoins des utilisateurs par priorité et s’efforcer de leur offrir la meilleure expérience possible.

  2. Trouver des solutions innovantes : plus vous en saurez sur le profil type de vos utilisateurs finaux, plus vos solutions logicielles seront innovantes. En effet, vous vous concentrerez sur les besoins des utilisateurs, que vous pourrez connecter à vos objectifs commerciaux internes. Mieux vous aurez cerné le type d’utilisateur ciblé, plus vos résultats seront efficaces.

  3. Promouvoir la collaboration d’équipe : la rédaction de user stories favorise la collaboration au travail, puisque plusieurs membres d’équipe doivent discuter et gérer ensemble les priorités. Ainsi, tout un éventail de points de vue sont exposés, mettant en lumière de nouvelles solutions pour résoudre les éventuels problèmes. La vitesse à laquelle elle atteindra les résultats souhaités dépendra du niveau de communication de votre équipe (pour obtenir des résultats testables, comprendre les exigences produit, etc.).

En prenant en compte le point de vue des utilisateurs pour développer vos mises à jour, vous améliorerez l’expérience client et engendrez des répercussions positives sur la valeur commerciale du produit et le processus général de recueil des exigences.

Une meilleure expérience utilisateur pour une valeur ajoutée plus forte

En plaçant les clients au cœur de votre réflexion et en centrant la conversation autour des utilisateurs finaux, vous augmenterez la valeur ajoutée de votre produit. Concentrez-vous sur l’expérience des utilisateurs finaux pour mettre au point des solutions logicielles plus innovantes et améliorer le processus de développement produit.

De la collaboration d’équipe à l’organisation de sprints, Asana permet à votre équipe d’obtenir de meilleurs résultats dans le respect de la méthode Agile.

Gérer vos équipes Agile avec Asana

Ressources associées

Modèle

Agile project plan template