Anatomie du travail : les travailleurs de la connaissance du monde entier passent près des deux tiers de leur temps sur le « work about work ».

Le flot continu d’e-mails et de notifications et les réunions inattendues consomment 60 % de nos journées de travail

SAN FRANCISCO, le 17 octobre 2019 : Asana, l’une des principales plateformes de gestion du travail en équipe, publie aujourd’hui l’Anatomie du travail, une étude approfondie concernant la manière dont notre temps est utilisé dans nos environnements de travail modernes. À l’échelle mondiale, les personnes interrogées ont estimé passer 60 % de leur journée sur des tâches de coordination, telles que la communication de l’état d’avancement des projets, la recherche d’informations ou la gestions des priorités, plutôt que sur le travail qualifié pour lequel elles ont été embauchées.

« The Anatomy of Work Index » est une étude menée par Sapio Research pour Asana dans le but de mieux comprendre comment les employés utilisent leur temps de travail, les facteurs qui façonnent leurs habitudes et la manière dont les entreprises peuvent améliorer leur gestion des processus individuels et d’équipe. Asana et Sapio Research ont collaboré à l’élaboration du questionnaire et évalué le comportement de 10 223 travailleurs de la connaissance en Allemagne, en Australie, aux États-Unis, au Japon, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande.

Résultats de l’étude

  • Plus de la moitié du temps de travail des personnes interrogées (60 %) est consacré au travaux de coordination, ne laissant que 13 % du temps à la planification stratégique et 27 % du temps au travail qualifié pour lequel elles ont été embauchées.
  • Pour un tiers des employés, le principal motif d’heures supplémentaires est le flot continu d’e-mails et de notifications à traiter, suivi par les réunions inattendues et le temps passé à obtenir des informations ou des approbations auprès de leurs collègues.
  • Les personnes interrogées sont convaincues que près des deux tiers des réunions sont inutiles.
  • Plus de 10 % de la journée d’un employé (4 heures et 38 minutes par semaine) est consacré à des tâches déjà terminées par quelqu’un d’autre, soit un total de 200 heures de travail et d’énergie perdues par an.
  • Moins de la moitié des personnes interrogées (46 %) identifient clairement en quoi leurs actions contribuent aux objectifs et à la mission de l’entreprise.

« Alors qu’elles n’ont jamais eu autant de moyens de communication et de collaboration à leur disposition qu’aujourd’hui, la plupart des équipes continuent à planifier et gérer leurs tâches à l’aide d’outils désuets qui ne sont pas conçus pour synchroniser leur travail, tels que les e-mails ou les feuilles de calcul », déclare Dustin Moskovitz, PDG d’Asana. « Il en résulte que les employés passent plus de temps à gérer le tumulte de la coordination qu’à effectuer le travail pour lequel ils ont été embauchés. Nous sommes convaincus qu’il s’agit là d’une occasion unique pour les équipes de simplifier leurs processus et de mieux orchestrer leur travail, avec à la clé des gains de temps précieux pour se concentrer sur ce qui compte vraiment. »

D’autres résultats mettent en lumière des différences géographiques notables au sein de nos environnements de travail modernes :

  • Les réunions inattendues sont la raison principale pour laquelle les australiens restent plus tard au travail.
  • Les employés allemands sont pour leur part ceux qui dépensent le plus d’énergie sur des tâches faisant double emploi, soit plus de 270 heures par an.
  • Seuls 19 % des japonais interrogés ont une idée claire de ce que leur propre contribution apporte à leur entreprise et en quoi cela participe à la réalisation des objectifs, un chiffre bien en-dessous de la moyenne mondiale (46 %).
  • 68 % des employés britanniques se voient attribuer chaque semaine des tâches qui ne semblent pas contribuer aux objectifs de l’entreprise. C’est plus que dans tout autre pays interrogé.
  • Enfin, plus d’un tiers (31 %) des personnes interrogées aux États-Unis considèrent la surcharge de travail comme leur principale source de stress, plus que dans tout autre pays interrogé.

Réinventer nos méthodes de travail

Parmi tous les employés interrogés, 83 % d’entre eux estiment que leur équipe n’est pas aussi efficace qu’elle pourrait l’être, car elle ne dispose pas des processus adéquats pour organiser le travail collectif. Par ailleurs, les personnes interrogées déclarant que leur entreprise dispose d’une organisation efficace sont plus de trois fois plus susceptibles de se sentir motivées à atteindre leurs objectifs et d’être fières de leur contribution. De plus, 64 % des entreprises dotées d’un logiciel de gestion du travail affirment être prêtes à exécuter les tâches de manière efficace, contre 27 % de celles qui ne disposent pas d’un tel système pour gérer et attribuer leurs tâches.

L’Anatomie du travail et d’autres informations au sujet des résultats de cette étude sont disponibles au téléchargement : https://asana.com/resources/anatomy-of-work.

Méthodologie de recherche

« The Anatomy of Work Index » a été menée par Sapio Research pour Asana dans le but de comprendre comment les employés utilisent leur temps de travail. Asana et Sapio Research ont collaboré à l’élaboration du questionnaire et évalué le comportement de 10 223 travailleurs de la connaissance en Allemagne, en Australie, aux États-Unis, au Japon, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande.

À propos d’Asana

Asana aide les équipes à orchestrer l’ensemble de leur travail, des petits projets aux initiatives stratégiques. Basé à San Francisco, en Californie, Asana compte plus de 70 000 clients payants et des millions d’utilisateurs dans 195 pays. Des entreprises internationales telles qu’AirAsia, AllBirds, Grab, Air France - KLM, la NASA, Sephora, Traveloka, Uber et Viessmann utilisent Asana pour gérer toutes leurs activités, des objectifs d’entreprise à la transformation numérique, en passant par les lancements de produits et campagnes marketing.

Revenir à la liste des communiqués de presse